Sécheresse: le Mouvement populaire interpelle le gouvernement et réclame une loi de finances rectificative

Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire. . Fattoumi - MAP

Redoutant une année de sécheresse, le Mouvement populaire (MP, opposition), dirigé par Mohand Laenser, vient d’interpeller le gouvernement en lui demandant de présenter le plus rapidement possible, devant le Parlement, une loi rectificative à la loi des finances de 2022.

Le 11/02/2022 à 17h32

Dans un communiqué publié jeudi soir, 10 février 2022, à l’issue de la réunion de son bureau politique, le MP demande au gouvernement de présenter cette loi rectificative afin de corriger les prévisions et les indicateurs sur lesquels il s’est basé pour établir le projet de loi de finances (PLF de 2022).

Il faut rappeler que la loi de finances au titre de l'exercice 2022 table sur une croissance économique de 3,2% et un déficit du Trésor de 5,9% du produit intérieur brut. Ce projet de loi a été élaboré sur la base des hypothèses d'une récolte céréalière moyenne de 80 millions de quintaux (Mq) et d'un prix moyen du gaz butane de 450 dollars la tonne. Or, la rareté des pluies laisse présager le scénario d’une mauvaise campagne agricole qui ne sera pas sans conséquence sur la croissance économique. A cela s’ajoute le fait que sur les marchés mondiaux, les prix des céréales et des hydrocarbures connaissent une flambée des prix.

«Nous demandons la révision de la loi des finances parce que les indicateurs sur lesquels elle a été élaborée ne sont plus valables. Il faut revoir les orientations et les priorités en matière économique et sociale», a indiqué le parti de l’Epi.

La formation politique invite par ailleurs son groupe parlementaire à convoquer les commissions en charge de l’économie et des secteurs sociaux afin de débattre avec les ministres concernés des mesures à prendre pour alléger l’impact des risques de la sécheresse et de la pandémie. Le MP demande également à ses élus d’inscrire le problème de la sécheresse et de ses conséquences à l’agenda des conseils régionaux, dont les travaux sont prévus le 7 mars prochain.

Par Mohamed Chakir Alaoui
Le 11/02/2022 à 17h32