Eau potable et rareté des pluies: voici le plan d'urgence arrêté par les autorités de Marrakech

Karim Kassi-Lahlou, wali de la région Marrakech-Safi et gouverneur de Marrakech.
Karim Kassi-Lahlou, wali de la région Marrakech-Safi et gouverneur de Marrakech. . DR

Wali de la région Marrakech-Safi et gouverneur de Marrakech , Karim Kassi-Lahlou vient de diffuser les grandes lignes d’un plan d’urgence pour faire face à la rareté des pluies et pour rationaliser les ressources en eau. Voici l’essentiel de ce qui a été décidé.

Le 27/01/2022 à 13h15

Aux grands maux, les grands remèdes. C’est ce que viennent de faire les autorités de Marrakech en la personne du wali de la région Marrakech-Safi et gouverneur de Marrakech, Karim Kassi-Lahlou. Dans un arrêté gubernatorial, daté du mercredi 26 janvier, les autorités de la ville ont pris une batterie de mesures contraignantes pour tout le monde, particuliers, opérateurs touristiques et industriels.

Celles-ci visent à préserver des ressources qui se font de plus en plus rares, quelle qu’en soit leur provenance: réseau de distribution, comme nappes phréatiques.

Ainsi, a été interdit ce qui suit (voir document détaillé ci-dessous):- Le lavage des véhicules hors des lieux dédiés à cet effet, à savoir les stations de service, avec le recours, autant que possible, aux technique peu consommatrice d’eau;

- Le lavage des chaussées, des rues et des devantures sauf pour un usage à vocation sanitaire;

- L’irrigation des stades et des espaces verts publics ou privés, en journée;

- Le remplissage des piscines particulières ou publiques plus qu’une fois par an avec l’obligation d’équiper les piscines d’un système de recyclage;

- L’exploitation, sans autorisation préalable, des puits et des trous.

- Tout utilisateur de puits ou de trous doit s’équiper par des compteurs.

L’arrêté de Karim Kassi-Lahlou, entré en vigueur dès sa diffusion (soit le 26 janvier), oblige les établissements publics et semi-publics à élaborer un audit de la consommation d’eau avant fin mars 2022 et un plan de travail pour rationaliser l’usage des ressources en eau.

Les établissements concernés ont la possibilité, à cette fin, de demander l’aide des régies de distribution comme celle de l’ONEE. La même mesure est valable pour les établissements industriels et touristiques qui doivent soumette, aux autorités, leur audit de la consommation d’eau en juin 2022 comme dernier délai.

Ces mesures feront l’objet d’un suivi par une commission qui se réunit au moins une fois chaque mois. Elles seront levées une fois qu’il y aura un retour à la normale, par un arrêté gubernatorial.

  • scan-arrete_gubernatorial_238_du_26-01-2022.pdf
Par Mohammed Boudarham
Le 27/01/2022 à 13h15