Vols intérieurs de Ryanair: paiement en euros, subvention étatique, concurrence déloyale à RAM… les précisions de Ammor et Abdeljalil

Un appareil de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair.  . DR

Le ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire et celui du Transport et de la Logistique réagissent à la polémique soulevée au sujet des vols intérieurs assurés par la compagnie irlandaise Ryanair au Maroc, le paiement en euros et le supposé soutien financier de l’État. Les détails.

Le 06/04/2024 à 08h31

En réponse aux préoccupations concernant tout soutien financier accordé à la compagnie irlandaise par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) pour les vols domestiques, le ministère du Tourisme précise «qu’aucune subvention ou contribution financière n’a été octroyée à Ryanair pour opérer des vols domestiques au Maroc. Cela a été établi dès le début et restera inchangé».

Concernant le point relatif à la «concurrence directe que représenterait le partenariat avec Ryanair pour Royal Air Maroc (RAM)», le ministère souligne que «l’objectif de ce partenariat, comme pour tous les partenariats aériens, est la complémentarité», notant que les vols de Ryanair ne se chevauchent pas avec ceux du transporteur national, contribuant ainsi au développement horizontal de la connectivité et à l’interconnexion entre les régions.

Et de soutenir que les liaisons aériennes offertes par Ryanair (telles que Tanger-Essaouira, Oujda-Marrakech ou Fès-Agadir) contribuent au renforcement de l’interconnexion entre les régions marocaines, à la promotion du tourisme intérieur, et permettent aux touristes étrangers de prolonger leurs séjours en découvrant des régions jusqu’alors difficilement accessibles.

Par ailleurs, le ministère rappelle que les récents succès du tourisme marocain, y compris l’atteinte d’un record de 14,5 millions de touristes en 2023, démontrent le potentiel exceptionnel de la destination Maroc. Les objectifs ambitieux de la feuille de route, ainsi que les événements à venir tels que la Coupe d’Afrique des Nations 2025 et la Coupe du Monde 2030, rendent impérative la maximisation des capacités aériennes.

Le véritable défi est un défi de développement et non de protectionnisme. Pour ce faire, le Maroc doit s’appuyer autant sur ses compagnies nationales que sur la force de frappe de l’ensemble des compagnies internationales, soutient le département du Tourisme.

Le deadline de Mohamed Abdeljalil

Sur la question du paiement en euros des vols domestiques, malgré l’obligation de le faire en dirhams aux citoyens marocains, le ministère rapporte que «Ryanair et ses équipes travaillent activement pour résoudre la question des transactions ponctionnées sur la dotation touristique».

Le ministère du Transport et de la Logistique a indiqué, vendredi, avoir rappelé à la compagnie irlandaise ses engagements et décidé de l’autoriser d’opérer ses vols domestiques «exceptionnellement pour une durée d’un mois».

Dans un communiqué, le ministère rappelle que, dans le cadre du renforcement de la connectivité aérienne domestique, il avait autorisé, en date du 24 novembre 2023, la compagnie aérienne Ryanair à exploiter, pour la saison IATA ETE 2024 (avril à mars inclus), 11 lignes aériennes domestiques reliant 9 aéroports marocains.

Cette autorisation exceptionnelle, précise la même source, avait été délivrée à la condition expresse que la vente des billets soit disponible en dirhams, laquelle condition a été acceptée et confirmée par la compagnie aérienne le 29 novembre 2023.

«Ayant constaté que les billets n’étaient disponibles à l’achat qu’au travers de cartes bancaires marocaines internationales puisant sur des dotations en devises, le ministère a rappelé ses engagements à la compagnie le 29 mars 2024 et l’a enjoint de s’y conformer dans les meilleurs délais», explique le communiqué.

Enfin, poursuit la même source, pour éviter de causer des désagréments aux citoyens qui avaient déjà acheté leurs billets et organisé leurs déplacements en conséquence, «le ministère a décidé de permettre à Ryanair d’opérer ses vols domestiques exceptionnellement pour une durée d’un mois (à compter du dimanche 31 mars), en attendant que la compagnie se conforme à ses obligations».

Par Le360 (avec MAP)
Le 06/04/2024 à 08h31