Laâyoune: extension de Dar Deraâ, unité de fabrication de l’habit traditionnel hassani

Dans les ateliers de Dar Deraâ, unité de production de cet habit traditionnel emblématique à Laâyoune.

Le 06/04/2024 à 12h04

VidéoUne expansion majeure dans le domaine de l’artisanat a récemment vu le jour à Laâyoune, marquant une évolution significative pour la fabrication de la «Deraâ» dans les régions du Sud. Avec un investissement considérable et un engagement en faveur du développement local, ce projet promet d’oeuvrer à la préservation et la valorisation de l’héritage culturel hassani. Reportage.

Le jeudi 4 avril, le complexe artisanal de Laâyoune a accueilli l’inauguration de l’extension de Dar Deraâ, unité de fabrication d’habit traditionnel la plus importante des régions du sud. Cette expansion, réalisée en partenariat avec la Direction régionale de l’artisanat de Laâyoune, la Fondation Phosboucraâ et l’Agence du Sud, a nécessité un investissement avoisinant les 1,4 million de dirhams.

«Ce projet vient renforcer le développement des différents métiers de l’artisanat dans les régions du Sud, en mettant en avant des savoir-faire locaux tels que la fabrication de la Deraâ, un emblème vestimentaire masculin dans la communauté hassanie», a déclaré Mohamed Salem Boudija, le directeur régional de l’artisanat à Laâyoune, interrogé par Le360.

Notre interlocuteur a également insisté sur l’aspect culturel et identitaire de cette initiative, estimant que «ce projet s’inscrit dans une démarche de préservation et de valorisation du riche patrimoine matériel hassani», a-t-il précisé.

Évidemment, le projet a aussi une dimension économique, notamment sur le volet de la création d’emplois. «L’extension de l’unité s’est donné pour mission de favoriser l’emploi local. En effet, il emploie actuellement 40 travailleurs saisonniers de Laâyoune, dont des membres de la communauté africaine subsaharienne et des jeunes filles diplômées du programme local de formation professionnelle», explique Moulay Ibrahim Taleb Ali, porteur du projet et président de la coopérative de couture Jil Jadid (Nouvelle génération) à Laâyoune.

Avec l’augmentation de sa capacité de production, Dar Deraâ aspire à conquérir de nouveaux marchés nationaux, mais également à l’international. Avec une première cible toute désignée: la Mauritanie, anciennement pays exportateur de la Deraâ et historiquement lié aux régions sud du Maroc, avec lesquelles il partage une similitude des traditions et coutumes de la culture hassanie.

Un habit traditionnel emblématique

La Deraâ fait partie des habits traditionnels marocains, dont le port lors d’événements festifs et cérémonies religieuses revêt une fierté particulière. Ses couleurs emblématiques, oscillant entre le blanc et le bleu, accompagnées du voile noir dans les régions du Sud, témoignent de cette richesse.

L’extension de l’unité de Dar Deraâ permet ainsi à des artisans locaux de Laâyoune de perpétuer cette tradition, mettant à contribution leur expertise dans toutes les phases de production, de la couture à la broderie, en passant par l’assemblage.

Par Hamdi Yara
Le 06/04/2024 à 12h04