Tunnel Maroc-Espagne: un nouveau tracé fait son chemin

Le détroit de Gibraltar sous lequel pourrait être construit un tunnel reliant l’Espagne et le Maroc. . DR

Revue de presseMandatée par le gouvernement espagnol, l’entreprise publique d’ingénierie Ineco travaille sur un nouvel itinéraire plus long pour le tunnel sous le détroit, mais avec une profondeur inférieure à 300 mètres. Une option qui, si retenue, devrait réduire considérablement le coût de réalisation de ce projet. Cet article est une revue de presse tirée du magazine Challenge.

Le 13/05/2024 à 21h04

Du nouveau pour le projet titanesque du tunnel du détroit de Gibraltar devant relier le Maroc et l’Espagne. Le gouvernement espagnol a chargé l’entreprise publique d’ingénierie Ineco de préparer un nouvel avant-projet dudit tunnel. La livraison de ce document devra se faire d’ici 2026. De ses conclusions, dépendront l’architecture finale et surtout le tracé final de cette œuvre d’envergure, indique le magazine Challenge.

«Ineco a été mandatée pour actualiser l’avant-projet réalisé en 2007 par les entreprises Typsa (Espagne), Ingema (Maroc), Lombardi (Suisse) et Geodata (Italie). Pour atteindre sa mission, l’entreprise d’ingénierie procèdera à la collecte et à l’analyse de toutes les données techniques et économiques nécessaires à la mise en œuvre du projet», lit-on.

Dans les détails, Ineco va proposer un nouvel itinéraire plus long pour le tunnel sous le détroit. La longueur initiale du projet est de 14 kilomètres avec une profondeur de 1.000 mètres. Des alternatives seront proposées pour envisager la réalisation du tunnel sur une longueur plus grande mais avec une profondeur inférieure à 300 mètres. Cela devrait se refléter sur le coût de cet ouvrage.

«Selon les études précédentes, le coût du projet est estimé à environ 10 milliards d’euros, un budget colossal qui devrait être mobilisé avec la contribution des institutions financières européennes et africaines», rappelle l’hebdomadaire. Les autorités marocaines et espagnoles ont renouvelé leur engagement de construire ce tunnel avant la Coupe du monde 2030, que leurs deux pays organiseront aux côtés du Portugal.

Aux dernières nouvelles, Madrid et Rabat semblent désormais privilégier la construction d’un tunnel ferroviaire, dédié à la circulation de Trains à navette rapide (TNR), et au transport de véhicules et de camions sur des plateformes. Dans ce cas, le futur tunnel, dont les études préliminaires définissent la distance sur 38,7 km, dont 27,8 km sous les eaux, à la confluence entre l’océan Atlantique et la mer Méditerranée, permettra de transporter des milliers de passagers et de marchandises entre deux terminaux ferroviaires.

Par Nabil Ouzzane
Le 13/05/2024 à 21h04