Nouvelle hausse du prix du diesel: voici les tarifs affichés à Casablanca, ce mardi 1er novembre 2022

Les prix à la pompe affichés dans différentes stations services, mardi 1er novembre 2022, à Casablanca. . Le360

Comme précédemment annoncé, le prix des carburants a augmenté d’environ 84 centimes pour le diesel, ce mardi 1er novembre 2022, pour dépasser celui de l’essence qui a, quant à lui, stagné chez l’ensemble des distributeurs.

Le 01/11/2022 à 09h49

Les tarifs à la pompe poursuivent leur tendance haussière. Le prix du diesel a augmenté, ce mardi 1er novembre 2022, d’environ 84 centimes, selon les données recueillies auprès de la Fédération nationale des propriétaires, commerçants et gérants des stations de service au Maroc (FNPCGS). 

Plus en détail, le prix du diesel affiché ce matin à Casablanca est de 16,38 dirhams chez Afriquia, 16,39 dirhams dans les stations-services Petrom, 16,40 dirhams dans les stations Winxo et Total Energies et de 16,43 dirhams dans celles de Shell.

Le prix de l’essence a, quant à lui, stagné chez l’ensemble des distributeurs. Ainsi, le prix du litre d’essence affiché ce matin dans la métropole est de 14,71 dirhams chez Afriquia, 14,71 chez Petrom, 14,79 dirhams dans les stations Shell et 14,89 dirhams dans les stations-services Total Energies.

Le prix des carburants dans les stations-service des autres villes du Royaume est encore plus élevé, à cause du coût du transport. 

Cette nouvelle hausse intervient alors que les transporteurs, toutes catégories confondues, appellent le gouvernement à revoir à la hausse le montant des aides allouées aux professionnels.

Six vagues d'aides exceptionnelles aux professionnels du transport routier ont d'ores et déjà été débloquées à ce jour par le ministère du Transport et de la logistique, dans le but de préserver le pouvoir d'achat des ménages.

Le montant total des aides directes mobilisées dans le cadre de cette opération devrait atteindre 5,2 milliards de dirhams, d'ici la fin de l'année.

Devant la flambée des cours des matières premières et la hausse inédite du prix de vente des carburants à la pompe cette année, le Conseil de la concurrence a publié, le 26 septembre dernier, un avis pour analyser le fonctionnement concurrentiel du marché national.

Il a ainsi constaté un niveau de concentration élevé de ce marché, appelant entre autres à réviser le cadre réglementaire, à instaurer une taxe sur les superprofits et à étudier l’opportunité de développer l’activité de raffinage au Maroc.

Par Safae Hadri
Le 01/11/2022 à 09h49