Médicaments: le gouvernement acte une nouvelle baisse des droits d’importation

Siège de la Direction du médicament et de la Pharmacie à Rabat.

Revue de presseL’Exécutif vient d’activer une nouvelle baisse des droits d’importation de produits pharmaceutiques. Cet article est une revue de presse du journal Aujourd’hui Le Maroc.

Le 13/07/2023 à 22h18

Le gouvernement continue de prendre des mesures visant la stabilisation des prix et l’approvisionnement du marché national en matière d’importation de médicaments, rapporte Aujourd’hui Le Maroc dans sa livraison du jour.

Le quotidien indique que l’Exécutif a tenu un récent Conseil de gouvernement qui a examiné et approuvé le projet de décret n° 2.23.590 relatif à la modification des montants des droits d’importation appliqués à certains produits pharmaceutiques.

On apprend que ce projet s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement des stratégies nationales dans le domaine de la médecine visant à encourager l’industrie nationale et à faciliter l’accès des citoyens aux produits pharmaceutiques. «Ainsi et conformément à l’article 4 de la loi de Finances 2023, élaboré en coordination avec l’ensemble des partenaires concernés, le tarif douanier du chapitre 30 de la nomenclature douanière a été restructuré dans le but de revoir les montants des droits d’importation appliqués à certains produits finis en prenant en compte des droits appliqués sur les matières principales entrant dans leur fabrication», précise la même source.

Notons que ce projet vise à éviter toute perturbation dans l’approvisionnement du marché local tout en assurant l’exécution des contrats d’approvisionnement conclus par le ministère de la Santé dans les meilleures conditions à travers la réduction à 2.5 % des montants des droits d’importation appliqués à certains produits pharmaceutiques. «Ce projet prévoit également une révision des taux des droits d’importation appliqués à certains autres produits pharmaceutiques, en ramenant ces taux à 2,5% pour les produits pharmaceutiques exclusivement importés et à 10% ou 17.5% pour ceux qui sont, à la fois, importés et produits localement. Il faut dire que la disponibilité des médicaments demeure un enjeu majeur pour les responsables», ajoute Aujourd’hui Le Maroc.

La même source rappelle qu’au début d’année, le ministre de la Santé et de la protection sociale avait indiqué à la Chambre des représentants que la disponibilité des médicaments est soumise à l’offre, à la demande et à la conjoncture sur les marchés internationaux. On note aussi que pour anticiper les mutations du secteur et prévenir les risques, le ministère de tutelle avait adopté un nouvel organigramme.

Adopté il y a quelques mois par le Conseil de gouvernement, le décret N° 2,22.811 complétant et modifiant le décret N* 2.94.285 de novembre 1994, relatif aux attributions et à l’organisation du ministère de la Santé publique, est déjà entré en vigueur, indique-t-on. «Concrètement, ce nouveau texte vise la création d’une nouvelle direction baptisée Direction de l’approvisionnement en médicaments et en produits de santé qui sera chargée de plusieurs missions, notamment l’approvisionnement des établissements de santé en médicaments et en produits de santé de base de haute qualité», précise le quotidien, faisant remarquer que la création d’une nouvelle direction est de nature à combler un vide et offrir un cadre plus adéquat pour la gestion de l’approvisionnement en médicaments, notamment pour les structures hospitalières du pays.

Par Ismail Benbaba
Le 13/07/2023 à 22h18