Hydrogène vert: un pari que le Maroc peut gagner

La station Noor III. . DR

Revue de presseDes ressources renouvelables disponibles, une expertise qui s’affûte, des infrastructures de taille et, surtout, l’inébranlable volonté politique exprimée au plus haut niveau de l’Etat… Le Maroc dispose de tous les atouts pour briguer une place de choix dans la production et l’exportation d’hydrogène vert. Une revue de presse du quotidien Les Inspirations Eco.

Le 30/05/2023 à 20h57

Le Maroc mise sur ses atouts pour devenir un leader mondial des énergies propres et renouvelables. Le Royaume en a en effet les moyens et, avant tout, la ferme volonté politique. Cité par Les Inspirations Eco ce mercredi 31 mai, Tarik Hamane, directeur général délégué de l’Agence marocaine de développement des énergies renouvelables (MASEN), n’a pas dit autre chose lors de l’Investor Day qui a eu lieu le 26 mai 2023. «Le Maroc est bien positionné pour devenir un acteur majeur dans la production d’hydrogène vert», a-t-il déclaré.

Les atouts sont multiples: «le pays dispose de ressources renouvelables abondantes, notamment en énergies solaire et éolienne, ainsi que d’un littoral propice à l’exportation d’hydrogène vert. De plus, il bénéficie d’infrastructures portuaires, routières et de connectivité avec l’Europe, ce qui le rend attractif pour les investisseurs», explique-t-on dans cet article.

La région de Guelmim-Oued Noun est d’ores et déjà érigée en tête de pont de la politique marocaine en la matière, grâce à un potentiel éolien dépassant les 30 gigawatts et une capacité de production de plusieurs dizaines de gigawatts en énergie solaire. «La combinaison de ces deux sources d’énergie permet d’assurer une alimentation fiable des électrolyseurs pour la production d’hydrogène vert par électrolyse», indique le quotidien.

Le Maroc peut aussi se targuer de sa stabilité politique et économique, ainsi que d’une vision claire du développement durable, avec une place de choix accordée aux énergies renouvelables dans la stratégie nationale. De plus, le pays a déjà démontré sa capacité à développer des projets d’envergure, comme le programme solaire NOOR.

En chiffres, le Maroc pourrait répondre à 4, voire 8% des besoins mondiaux en hydrogène vert, selon différentes études. «Cependant, pour atteindre cet objectif ambitieux, il est indispensable d’assurer une gouvernance participative, efficace et transparente, de renforcer la connectivité avec les marchés internationaux et de développer des infrastructures adaptées à la production et à l’exportation d’hydrogène vert», explique Les Inspirations Eco. Et le temps, c’est maintenant.

Par Nabil Ouzzane
Le 30/05/2023 à 20h57