Al Mada-CNGR: une nouvelle plateforme de batteries pour véhicules électriques est lancée

Batterie de voiture électrique.

Revue de presseAl Mada et le Chinois CNGR ont officialisé leur partenariat pour la création d’un centre intégré de matériaux de batteries à énergie nouvelle, pour un investissement de 20 milliards de dirhams. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Les Inspirations Eco.

Le 21/09/2023 à 21h23

Une collaboration entre le groupe chinois CNGR Advanced Material Company, spécialiste dans les composants de batteries pour véhicules électriques, et le fonds d’investissement panafricain Al Mada, vise à établir un vaste complexe industriel au Maroc. Ce projet, précise le quotidien Les Inspirations Eco qui en rend compte dans son édition du vendredi 22 septembre, représente un investissement colossal de 20 milliards de dirhams.

«En effet, CNGR et Al Mada ont décidé de collaborer pour établir un centre intégré de matériaux de batteries à énergie nouvelle. Cette gigafactory, qui verra le jour à Jorf Lasfar, se consacrera à la production de matériaux de batteries zéro déchet, à faible empreinte carbone et recyclables, marquant ainsi un pas de géant vers un avenir énergétique plus durable», lit-on.

L’emplacement stratégique de ce complexe industriel à Jorf Lasfar, près d’El Jadida, à proximité des installations d’OCP Group, lui confère un avantage majeur en termes d’accessibilité grâce au port et aux infrastructures de transport déjà en place.

«Les travaux de construction de cette unité industrielle débuteront dès cette année, et les premiers composants de batteries sortiront des lignes de production à partir de 2025», précise Les Inspirations Eco. Cette collaboration stratégique entre CNGR et Al Mada est axée sur la production de matériaux à base de nickel, de phosphate et de matériaux recyclés pour les batteries, avec un engagement clair envers la durabilité.

La première phase de cette joint-venture prévoit la création d’unités de production de précurseurs de matériaux actifs NMC (Nickel-manganèse-cobalt) d’une capacité de 120 kilotonnes par an, ainsi que des unités de production de cathodes LFP (lithium-fer-phosphate) d’une capacité de 60 kilotonnes par an. De plus, des unités de recyclage de matériaux contenus dans les batteries, d’une capacité de 30 kilotonnes par an, sont également au programme.

L’objectif de cet ambitieux projet est de produire l’équivalent de 70 gigawattheures de matériaux de batteries par an, ce qui permettra d’équiper plus d’un million de véhicules électriques chaque année. La majeure partie de cette production sera destinée à l’exportation pour répondre à la forte demande sur les marchés européens et américains.

«L’approvisionnement en produits phosphatés, un élément clé de la production de batteries, est également en cours de discussion avec le groupe OCP. Cette collaboration permettra de créer une chaîne d’approvisionnement solide et durable pour la production de batteries à énergie nouvelle», lit-on encore.

Par Nabil Ouzzane
Le 21/09/2023 à 21h23