Agriculture: ce que la nouvelle autoroute de l’eau va changer

Nizar Baraka, ministre de l'Équipement et de l'eau

Revue de presseCette interconnexion permettra de mobiliser 180 millions de m3 des eaux des barrages de Bin El Ouidane et d’Ahmed El Hansali pour irriguer 120.000 Ha au niveau de Doukkala et Bni Amir, ainsi que 56.000 Ha à Bni Moussa. Cet article est une revue de presse tirée de l’hebdomadaire La Vie Eco.

Le 07/06/2023 à 21h45

Le projet de l’interconnexion des bassins hydrauliques du Sebou et du Bouregreg permettra la mobilisation de ressources en eau pour l’irrigation de plus de 176.000 Ha de terres agricoles, a affirmé, mardi, le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka.

Cette interconnexion permettra de mobiliser 180 millions de m3 des eaux des barrages de Bin El Ouidane et d’Ahmed El Hansali pour irriguer 120.000 Ha au niveau de Doukkala et Bni Amir, ainsi que 56.000 Ha à Bni Moussa, a précisé le ministre, cité par l’hebdomadaire La Vie Eco dans son édition digitale.

Le ministre intervenait en réponse à une question orale à la Chambre des conseillers sur «l’interconnexion d’eau potable entre les villes», mettant l’accent sur l’impact positif de ce projet sur la sécurité alimentaire, les prix et la protection du pouvoir d’achat des citoyens. Le ministre a fait observer que l’opération urgente d’interconnexion entre les bassins hydrauliques de Sebou et Bouregreg devait permettre de faire face à plusieurs contraintes, notamment la diminution des ressources en eau, la succession des années de sècheresse et la pression sur le barrage d’Al Massira qui assure l’approvisionnement en eau potable de plusieurs villes.

Il a de même indiqué que les cinq dernières années ont connu la perte de près de 6,5 milliards de m3 d’eau, dont 700 millions de m3 en 2022, bien que cette dernière ait été l’année la plus sèche depuis 1945, ajoutant que 300 millions de m3 d’eau ont également été perdus depuis septembre dernier. 

Baraka a mis en exergue l’importance de cette interconnexion hydraulique pour faire face à la pénurie d’eau que peuvent rencontrer les villes de Rabat et de Casablanca et leurs régions, dont la population est estimée à près de 12 millions d’habitants, soulignant que ce projet permettra le transfert d’un excédant d’eau estimé entre 200 et 300 millions de m3. Le ministre a relevé qu’il était nécessaire d’alléger la pression exercée sur le barrage d’Al Massira qui approvisionne en eau les villes de Casablanca, Settat et Berrechid et dont la retenue s’établit actuellement à 124 millions de m3 uniquement, alors que sa capacité totale est de l’ordre de 2,66 milliards de m3.

Par Nabil Ouzzane
Le 07/06/2023 à 21h45