Stress hydrique: de nouvelles mesures pour booster l’«autoroute de l’eau»

Le barrage Al Massira, dans la province de Settat, est le deuxième plus grand du Maroc, avec une capacité de 2,6 milliards de mètres cubes. . DR

Revue de presseInitié en 2022, le projet de liaison entre les bassins hydriques du Sebou et du Bouregreg ont atteint des niveaux de réalisation de l’ordre de 60% sur plusieurs tronçons. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien La Vie Eco.

Le 20/04/2023 à 22h56

Le chantier de l’«autoroute de l’eau» avance. C’est ce que rapporte l’hebdomadaire La Vie Eco dans son édition en ligne, rappelant que le projet a été lancé en novembre 2022. Selon l’hebdomadaire, les travaux du projet de liaison entre les bassins du Sebou et du Bouregreg ont atteint des niveaux de réalisation «assez prometteurs». Sur les chantiers, on parle, globalement, d’un taux dépassant 60% de réalisation sur plusieurs tronçons.

«Fidèle à la démarche d’accélération de ce projet, devant aboutir vers la fin de l’année en cours et qui vise la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable de l’axe Rabat-Casablanca, ainsi que Marrakech par voie indirecte, l’Exécutif vient de mettre une nouvelle pierre dans cet édifice stratégique compte tenu de la pression hydrique que connaissent les régions concernées», lit-on.

C’est d’ailleurs dans ce sens que le conseil de gouvernement, tenu ce jeudi 20 avril, a adopté le projet de décret n°2.22.317 relatif à la suspension des droits d’importation sur certains tubes et tuyaux en acier, présenté par le ministre délégué auprès de la ministre de l’Économie et des Finances, chargé du Budget, Fouzi Lekjaa.

«Lors du point de presse à l’issue du conseil de gouvernement, Mustapha Baitas (porte-parole du gouvernement, NDLR) a relevé que l’acquisition de tuyaux en acier d’un diamètre de 3.200 millimètres, devraient être achevés durant l’été 2023», indique La Vie Eco. Ces tuyaux destinés à transporter l’eau sur la distance précitée ont été importés depuis la Turquie. Ces opérations d’importation réalisées antérieurement et exemptées de la taxe d’importation ont connu de grandes perturbations en raison des répercussions du séisme auquel la Turquie a été exposée récemment.

Or, a noté le porte-parole de l’Exécutif, dans l’objectif d’honorer leurs obligations et respecter le délai de livraison fixé, les opérateurs économiques sont désormais contraints d’importer ces tuyaux d’autres sources soumises à un droit d’importation de 40%

Par Nabil Ouzzane
Le 20/04/2023 à 22h56