Hausse du prix du gasoil: des agriculteurs veulent une subvention, menacent d'une marche de protestation

Un tracteur à usage agricole roule sur de l'asphalte, au cours d'une manifestation de protestation d'agriculteurs. Au 3 octobre 2022, près de 1.000 tracteurs sont à l'arrêt, selon une estimation de l’Union des syndicats professionnels au Maroc -secteur de l’agriculture. . DR

Depuis plus d’une semaine, les agriculteurs de Berrechid, Benslimane, Skhirat et El Gara, protestent. Ils demandent avant tout une subvention du gasoil au ministère de l'Agriculture. Et envisagent, selon leur syndicat, en l'absence d'une réponse concrète pour l'heure, d’organiser une marche en direction de Rabat.

Le 04/10/2022 à 18h19

«Les agriculteurs n’en peuvent plus. Le manque d’interaction du ministère de tutelle ne fait qu’alimenter leur frustration», explique Mohamed Mahdi, secrétaire général central de l’Union des syndicats professionnels au Maroc (USPM) -secteur de l’agriculture. Pour ce syndicaliste, ce sont au total près de 1.000 tracteurs qui sont à l'arrêt, au lundi 3 octobre 2022. Les agriculteurs qui participent à ces protestations envisagent même la possibilité d’organiser une marche nationale en direction de Rabat dans les jours à venir, assure-t-il.

Après avoir été confrontés aux effets de la sécheresse, due aux manques de pluies, au cours de la précédente campagne agricole, cette année, les agriculteurs se retrouvent en effet confrontés à la hausse du prix du gasoil, essentiel au labourage des terres.

Il faut dire que le coût total du travail du sol a doublé, en raison de la hausse du prix de l'énergie, détaille Mohamed Mahdi, qui précise qu'«auparavant, le coût du gasoil pour labourer un hectare était de 120 dirhams, [et qu']aujourd’hui, ces travaux reviennent à 240 dirhams. De plus, l’agriculteur doit effectuer jusqu’à trois passages pour labourer un terrain, vous pouvez alors imaginer combien cela coûte».

Désespérés, certains agriculteurs ont décidé, lundi dernier, 26 septembre 2022, de protester dans les rues de différentes villes: Berrechid, Benslimane, Skhirat et El Gara sont notamment concernées.

Initialement, ces protestations devaient durer trois jours renouvelables, selon les membres du bureau national du secteur agricole de l’USPM, mais ce mouvement se poursuit depuis plus d’une semaine, affirme le secrétaire général central de ce syndicat.

«Les agriculteurs revendiquent soit une exonération de la TVA sur le gasoil à usage agricole, soit une subvention directe, comme celle allouée à d’autres secteurs», explique Mohamed Mahdi, selon lequel «le ministère [de l'Agriculture] n’a pas interagi à ces demandes, alors que nous avons déposé le dossier revendicatif bien avant le lancement des protestations, le 22 septembre 2022».

Le 04/10/2022 à 18h19