Ces risques auxquels les entreprises marocaines s’exposent le plus

Les entreprises marocaines s’exposent à de nombreux risques.

Revue de presseCatastrophes naturelles, changements de la réglementation, cybersécurité, évolution des marchés: tels sont les principaux risques auxquels les entreprises sont confrontées au Maroc, selon le Baromètre des risques 2024 d’Allianz. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Le Matin du Sahara et du Maghreb.

Le 18/01/2024 à 19h50

L’assureur mondial Allianz vient de publier les résultats de son treizième Baromètre des risques d’entreprise dans le monde. Cette enquête, indique le quotidien Le Matin du Sahara et du Maghreb dans son édition du vendredi 19 janvier, a été menée en octobre et novembre 2023. Elle intègre les opinions de 3.069 experts provenant de 92 pays, dont le Maroc, incluant des directeurs généraux, gestionnaires de risques, courtiers et assureurs. L’enquête s’est concentrée sur les grandes, petites et moyennes entreprises.

Au Maroc, les «catastrophes naturelles» et les «évolutions législatives et réglementaires» sont les principaux risques pour les entreprises en 2024. Viennent ensuite les «incidents cyber» et les «incendies et explosions», qui arrivent ex æquo en troisième position. Dans le Top 5, on trouve également les «changements climatiques», les «interruptions d’activité» (y compris les perturbations de la chaîne logistique) et les «évolutions de marché». Les risques liés à l’insolvabilité pointent, eux, à la huitième place.

À l’échelle mondiale, les «incidents cyber» tels que les attaques par ransomware, les violations de données et les perturbations informatiques sont la plus grande préoccupation pour les entreprises en 2024, selon le Baromètre des risques d’Allianz. Le péril de l’«interruption d’activité», causant des pertes et des perturbations dans la production et l’approvisionnement, occupe la deuxième place.

Les «catastrophes naturelles» (passant de la sixième à la troisième place d’une année sur l’autre), les «incendies et explosions» (évoluant de la neuvième à la sixième place) ainsi que les «risques politiques» (passant de la dixième à la huitième positon) sont les risques qui enregistrent les plus fortes hausses dans le Baromètre des risques 2024 d’Allianz.

Citant le PDG d’Allianz Commercial, Petros Papanikolaou, Le Matin du Sahara et du Maghreb précise que les principaux risques et les hausses majeures dans le Baromètre de cette année reflètent les grands enjeux auxquels font face les entreprises du monde entier en ce moment: la numérisation, le changement climatique et un environnement géopolitique incertain.

«Bon nombre de ces risques se font déjà ressentir, avec des phénomènes météorologiques extrêmes, des attaques par rançongiciel et des conflits régionaux qui devraient mettre davantage à l’épreuve la résilience des chaînes d’approvisionnement et des modèles commerciaux en 2024. Les courtiers et les clients des compagnies d’assurance devraient en être conscients et ajuster en conséquence leurs polices d’assurance», souligne Petros Papanikolaou.

Par Nabil Ouzzane
Le 18/01/2024 à 19h50