Le parti de l'Istiqlal dénonce le "blocage" de l'action gouvernementale

Nizar Baraka, secrétaire général de l'Istiqlal. . DR

Le comité exécutif du parti de l'Istiqlal (opposition), réuni hier à Rabat, critique les querelles entre deux partis de la coalition gouvernementale : le PJD, qui mène celle-ci, et le RNI. Une situation qui, selon ce parti, bloque l'action gouvernementale au détriment des intérêts des citoyens.

Le 30/01/2019 à 16h00

La détérioration des rapports entre les principaux alliés du gouvernement, que sont le Parti de la Justice et du développement (PJD) et le Rassemblement National des Indépendants (RNI) a formé l’essentiel des sujets discutés lors de cette réunion du Comité exécutif du parti de l’Istiqlal, qui s'est tenue hier, mardi 29 janvier 2019, dans la capitale.

Dans un communiqué émis à l’issue de cette réunion, le Comité exécutif déclare avoir accueilli avec "stupéfaction" la façon dont le gouvernement agit "pour se désengager de ses responsabilités vis-à-vis des revendications sociales émises en matière de l'emploi, de hausse des salaires et du relèvement des allocations familiales".

Une situation que "regrette" l’instance dirigeante de ce parti, qui qualifie du reste cette situation de "blocage" et de "châtiment envers les citoyens".

"Il y a un grand risque que ces querelles et ces égoïsmes tiennent en otage les promesses faites par le gouvernement sur la réalisation des chantiers et la satisfaction des doléances des citoyens", conclut le Comité exécutif de l'Istiqlal.

Par Mohamed Chakir Alaoui
Le 30/01/2019 à 16h00