Le député et ex-ministre Mohamed Moubdiî rattrapé par la justice

Mohamed Moubdi, ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration. . DR

Revue de pressePoursuivi pour dilapidation des deniers publics, le député et ancien ministre haraki a de nouveau été entendu par la BNPJ. Certaines sources partent d’arrestation et de présentation devant le Parquet. Les détails dans cette revue de presse tirée du quotidien Al Ahdath Al Maghribia.

Le 26/04/2023 à 20h28

Mohamed Moubdiî, ancien ministre chargé de la Fonction publique et de la réforme de l’administration dans le gouvernement Benkirane, vient d’être entendu, mercredi, par la Brigade nationale de la police judiciaire. D’après le quotidien Al Ahdath Al Maghribia, qui rapporte l’information dans son édition du jeudi 27 avril, le député et président de la Commission de la Justice est poursuivi pour détournement de deniers publics.

Des sources citées par le quotidien précisent qu’il ne s’agit pas d’une simple déposition. L’ancien ministre aurait effectivement été interpellé et conduit de force dans les locaux de la BNPJ. Il aurait été arrêté chez lui à Rabat, mercredi dans la matinée, par des éléments de la Brigade nationale dans le cadre de l’exécution d’un mandat d’arrêt émis contre lui.

Les mêmes sources soulignent que le député haraki, également président en exercice du Conseil communal de Fkih Ben Saleh, dans la région de Beni Mellal-Khénifra, est poursuivi dans le cadre d’une affaire qui concerne justement la gestion de cette commune. Le quotidien parle de dilapidation de deniers publics, d’irrégularités financières, réglementaires et de gestion, qui auraient entaché sa gestion des affaires de la commune.

Le déclenchement de la poursuite judiciaire contre Mohamed Moubdiî intervient, souligne le quotidien, suite à une plainte déposée en justice, en 2020, par l’Association marocaine de protection des biens publics. L’ONG l’accuse notamment d’enrichissement illicite dans le cadre de l’exercice de sa fonction de président de commune et de multiples infractions à la réglementation des marchés publics.

D’après le quotidien, l’association fait notamment référence au marché relatif au réseau d’assainissement, dont l’étude à elle seule a été estimée à 8 millions de dirhams. Il est également question des marchés publics liés aux différents projets de mise à niveau urbaine de la ville. A ce propos, Mohamed Moubdiî a déjà été entendu une première fois par la BNPJ, en février 2020.

A noter que cette affaire reste encore floue. Selon d’autres sources médiatiques, l’ancien ministre, qui avait notamment en charge le déploiement d’une stratégie nationale de lutte contre la corruption, sera déféré devant le procureur général du roi près la Cour d’appel de Casablanca, plus précisément devant la Chambre chargée d’instruire les affaires liées au crimes financiers.

Dans la foulée, Mohamed Moubdiî a déposé sa démission de la présidence de la commission parlementaire de la justice, de la législation et des droits de l’Homme. Poste auquel il a été élu le 17 avril dernier, soit deux jours après l’ouverture de l’actuelle session parlementaire du printemps. Tout en restant très vague sur les détails de cette affaire, le Mouvement populaire, son parti, a tenu à saluer la décision «responsable» de Moubdiî de quitter son poste pour assurer sa défense de manière neutre. Le MP a également tenu à préciser que Mohamed Moubdiî demeurait innocent jusqu’à ce que la justice en décide autrement.

Par Amyne Asmlal
Le 26/04/2023 à 20h28