Véhicules d’occasion: comment les autorités comptent lutter contre l’informel

Le marché des véhicules d'occasion se porte bien.

Revue de presseL’informel domine encore le marché des voitures d’occasion au Maroc. Toutefois, les autorités commencent à prendre des mesures visant à mieux l’encadrer. Un marché très prometteur, qui fait 4 fois le poids de celui des voitures neuves en termes de vente. Cet article est une revue de Finances News.

Le 13/04/2023 à 23h16

Dans sa livraison en kiosque actuellement, l’hebdomadaire Finance News s’intéresse au marché des véhicules d’occasion et constate que la dynamique du secteur reste soutenue, comparée à celle du marché des voitures neuves. «Contrairement au marché de l’automobile neuve qui a accusé une baisse de 8% en 2022, celui de l’occasion a enregistré une hausse de 2%», fait remarquer le journal, ajoutant que 677.222 mutations ont été concrétisées.

Finances News explique que compte tenu des problèmes d’approvisionnement de véhicules neufs dus à la crise des semi-conducteurs et à la perturbation des chaînes de valeur, les acquéreurs ont opté pour l’occasion, puisqu’ils n’ont pas besoin de délais de réservation et que les prix sont compétitifs. «Mais actuellement, on note une dynamique inhabituelle du VO s’expliquant par les problématiques que connaît le marché du neuf. Cette situation a fait grimper les prix. Conséquence, on trouve beaucoup de difficultés pour avoir des véhicules bon marché, particulièrement pour certains segments et modèles», détaille le journal, citant un spécialiste du secteur.

La même source souligne que ce marché est largement dominé par l’informel, contrairement aux pays développés où une part des transactions passe par un circuit organisé. «En France, par exemple, 25% de l’activité de Renault sont réalisées par le VO. Au Maroc, la marque au losange et sa cousine Dacia disposent ensemble de plus de 37% de parts de marché dans le segment des véhicules particuliers, avec plus de 60.430 véhicules vendus en 2022. Au cours de la même année, la filiale dédiée au VO n’a écoulé que 900 voitures», indique Finances News.

La même source indique que les réseaux des marques sont très peu présents sur le marché de l’occasion et que ce business n’est pas investi par les concessionnaires. Toutefois, force est de constater que le marché devient de plus en plus attractif pour ces derniers, puisque presque toutes les marques présentes au Maroc ont déjà lancé des filiales dédiées. «De leur côté, les autorités essaient d’organiser ce marché. Récemment, Narsa a lancé un portail dédié exclusivement aux mutations des véhicules», conclut le journal.

Par Ismail Benbaba
Le 13/04/2023 à 23h16