Tanger: 120 millions de dirhams pour la première écloserie de poissons marins au Maroc

Le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime Mohamed Sadiki (au centre), accompagné de la directrice de l'Agence nationale pour le développement de l'aquaculture, Majida Maarouf et du responsable de la société Aquago, lors du lancement des travaux de construction de la première écloserie de poissons marins au Maroc, mardi 18 juillet à Tanger.

Le 18/07/2023 à 21h26

VidéoLa ville du détroit abritera la première écloserie de poissons marins au Maroc. Etendu sur une superficie de 2,28 hectares, ce projet structurant pour le secteur aquacole national mobilise un investissement de 120 millions de dirhams.

Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohamed Sadiki a lancé ce mardi 18 juillet, dans la commune de Gueznaya à Tanger, les travaux de construction de la première écloserie de poissons marins au Maroc. Ce projet permettra de produire jusqu’à 30 millions d’alevins locaux de qualité supérieure de dorade, de bar et de maigre et d’autres espèces intéressant les fermes aquacoles nationales.

Etendu sur une superficie de 2,28 hectares, ce projet structurant pour le secteur aquacole national mobilise un investissement de 120 millions de dirhams, pour doter l’amont de la chaîne de valeur d’une source d’approvisionnement en alevins.

Pour ce premier projet de production de semences de poissons au Maroc, l’Etat a accordé un appui financier sous forme d’une prime à l’investissement aux fins d’acquisition des équipements d’écloserie à hauteur de 20 millions de dirhams, a fait savoir à l’occasion, Mohamed Sadiki.

«Le développement des activités aquacoles de façon responsable s’inscrit dans le cadre de l’engagement pour la préservation des ressources maritimes, la réduction des impacts environnementaux et la garantie de la sécurité alimentaire, en plus de l’augmentation du rendement économique et son rôle dans la création de postes d’emploi», a souligné de son côté, la directrice de l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture, Majida Maarouf.

Ce projet témoigne aussi du souci permanent du Maroc d’encourager les investissements visant non seulement à appuyer l’économie nationale mais aussi contribuer à la protection de l’environnement et la préservation des ressources naturelles, a indiqué pour sa part le responsable du développement du projet Shavit Dahan.

Par Said Kadry
Le 18/07/2023 à 21h26