Quelque 275.000 mètres cube par jour, 15.000 hectares irrigués: c’est parti pour la station de dessalement de Chtouka

A Agadir, la population a commencé à être alimentée en eau potable dessalinée de station de Chtouka en janvier 2022 (près de 110.000 mètres cube par jour), et près de 100 exploitations agricoles bénéficient de cette eau d’irrigation. . Mhand Oubarka / Le360 (capture image vidéo)

Le 07/08/2022 à 14h11

VidéoLa station de dessalement d’eau de mer de Chtouka, qui couvrira les besoins en eau potable du Grand Agadir ainsi que les besoins d’eau d’irrigation de 2.500 exploitations, a pris sa vitesse de croisière. Tout ce qu’il faut savoir dans ce compte-rendu sur les lieux.

Avec sa population estimée à 1.600.000 habitants, le Grand Agadir, ce sont aussi des exploitations agricoles à perte de vue, dans une région qui manque cruellement d’eau. La mise en service de la station de dessalement d’eau de mer de Chtouka permet, en grande partie, de résoudre ce problème.

Opérationnelle, la station est en effet l'une des plus importantes structures du genre à l’échelle non seulement nationale, mais aussi d’Afrique et du pourtour méditerranéen, et permettra de répondre durablement aux besoins en eau. Non seulement pour la population de cette région, mais aussi pour les agriculteurs du bassin Souss-Massa, dont l'activité principale est de cultiver des primeurs. 

Chef du service de l’équipement au sein de l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA) du Souss-Massa, Mohamed El Yaacoubi ne dissimule pas sa fierté: «la station est le plus important projet structurant dans le secteur de l’eau à l’échelle de la région et du pays. Sa mise en place entre dans le cadre de la stratégie agricole Génération Green», explique-t-il.

Il indique aussi que dans une première étape, le projet produira quelque 275.000 m3 d'eau dessalinée par jour. Une capacité qui sera portée à 140 millions de m3 par an une fois l’extension de l’actuelle plateforme réalisée. A terme, toute la ville d’Agadir et sa région seront desservies en eau potable issue de cette station.

«Le projet couvrira également les besoin en irrigation de 1.200 exploitations agricoles, totalisant 15.000 hectares et situées dans le plus grand bassin de culture des primeurs au Royaume. Nous seront ainsi prémunis envers les changements climatiques et le manque structurel en eau dans la région», souligne Mohamed El Yaacoubi.

Cette structure est le résultat d’un partenariat public-privé associant le ministère de l’Agriculture, l’ONEE (Office national de l’électricité et de l’eau potable), l’ORMVA du Souss-Massa, la société espagnole Abengoa et des opérateurs agricoles privés.

L'ensemble des composantes du projet a été achevé à l’été 2021. Depuis, la station a dû subir une phase d’essai et de tests ainsi qu’un démarrage graduel. A Agadir, la population a d'ores et déjà commencé à être alimentée en eau potable dessalinée en janvier 2022. Aujourd’hui, elle est desservie de cette eau à hauteur de 110.000 m3 par jour. Et ce sont près de 100 exploitations agricoles qui bénéficient actuellement d'eau d’irrigation.

«Nous attendions la mise en service de cette station depuis les années 2010-2011, mieux vaut tard que jamais. Ce projet nous encourage à aller de l’avant et envisager l’avenir avec sérénité», commente Mohcine Kaâbouch, président de la commission technique de l’Association marocaine des producteurs et producteurs-exportateurs de fruits et légumes.

Ce professionnel a toujours en tête le triste souvenir de l’année dernière, quand des agriculteurs ont dû abandonner leurs exploitations, faute d’eau, ou alors acheter à prix d’or des citernes d’eau pour sauver un tant soit peu leur activité. Un épisode qui appartient désormais au passé.

Par M'hand Oubarka
Le 07/08/2022 à 14h11