Comptes nationaux: le HCP initie un grand chamboulement, voici ce qui change pour les agrégats économiques du Maroc

Ahmed Lahlimi, Haut commissaire au Plan. . DR

Le Maroc a procédé à l’établissement d’une nouvelle année de base de ses comptes nationaux, en l’occurrence 2014 au lieu de 2007, annonce le HCP. Ce changement n’est pas sans impact sur les indicateurs macroéconomiques du Royaume, dont le taux de croissance du PIB qui, en valeur, été réévalué de 8,1 % sur l’ensemble de la période 2014-2019.

Le 19/04/2022 à 13h34

Pour s'adapter aux mutations de l'économie nationale, des révisions des comptes nationaux marocains sont effectuées à intervalles périodiques: il s’agit des changements d’années de base de ces comptes. C’est précisément ce que vient de faire le Haut-commissariat au plan (HCP), qui annonce le passage des comptes nationaux de la base 2007 à la base 2014.

Comme l’explique le HCP dans une note diffusée ce mardi 19 avril, «le changement de l’année de base des comptes nationaux est une revisite du cadre conceptuel et méthodologique des comptes nationaux qui permet d’incorporer des nouvelles sources de données, d’apporter des changements conceptuels, d'améliorer les méthodes d'évaluations et d’intégrer les nouvelles versions des normes adoptées par la communauté internationale».

Dans ce sens, de nouvelles sources d’informations et statistiques sont exploitées (enquêtes sur les structures économiques des entreprises non financières, l’enquête nationale sur le secteur informel, statistiques des finances publiques, statistiques douanières, etc.) pour coller au mieux à la réalité économique.

Ce passage à une nouvelle base est loin d’être anodin, car il impacte les agrégats macroéconomiques, suite au calcul des ratios et des indicateurs relatifs à l’exercice 2014.

Ainsi, en 2014, le produit intérieur brut en valeur s’élève à 1.001,5 milliards de dirhams en base 2014, au lieu de 925,4 milliards de dirhams en base 2007. Il est donc revu à la hausse de 76,1 milliards de dirhams, soit 8,2% par rapport à la base précédente.

© Copyright : HCP

La configuration sectorielle du PIB montre par ailleurs une nette amélioration de la part du secteur tertiaire qui est passée de 51,6% à 54,8% du PIB, les activités secondaires ont affiché 25,8% du PIB au lieu de 26,5%, quant au secteur primaire, sa contribution au PIB est passée de 11,7% à 10,4%.

Le HCP souligne également que la hausse du total des revenus distribués de 8,2% a profité spécialement à la rémunération des salariés qui a enregistré une hausse de 44,8 milliards de dirhams, soit une réévaluation de 14,7% par rapport à l’ancienne base.

2014-2019: le PIB en valeur réévalué de 8,1%Le passage à la base 2014 modifie également les agrégats économiques des années suivantes. Ce changement a en effet entraîné des réévaluations contrastées à la baisse des niveaux de la croissance économique, en volume, sur toute la période 2015-2019, à l’exception des années 2017 et 2019 pour lesquelles le taux de croissance a été revu légèrement à la hausse de 0,9 et 0,3 point respectivement.

Au total, souligne le HCP, la croissance annuelle moyenne du PIB en volume est réévaluée légèrement à la hausse de 0,1 point de pourcentage durant la période 2015-2019, passant de 3,1% en base 2007 à 3,2% en base 2014.

En valeur, la réévaluation du PIB est clairement à la hausse. Le PIB en valeur a ainsi été révisé à la hausse de 8,1 % sur l’ensemble de la période 2014-2019.

Rapporté à la population, le PIB par tête est passé de 29.656 dirhams en 2014 à 34.840 dirhams en 2019. Il s’est situé à 32.453 dirhams par an, en moyenne, soit une augmentation de 2.436 dirhams par habitant par rapport à la base 2007.

Par Amine El Kadiri
Le 19/04/2022 à 13h34