Assurances: une résilience à toute épreuve

La  croissance du Maroc au coeur de l'actualité . DR

Revue de presseEn dépit d’une conjoncture macroéconomique délicate, le secteur de l’assurance marocain a fait preuve de résilience en 2023, en poursuivant sa croissance et en consolidant sa position de force. Cet article est une revue de presse tirée de Finances News.

Le 14/03/2024 à 22h46

Le marché marocain de l’assurance se porte bien. En 2023, les primes émises ont atteint 57 milliards de dirhams, soit une croissance de 4,6% par rapport à l’année précédente. Cette performance, indique le magazine Finances News Hebdo, est tirée par la branche non Vie et l’appétit croissant des Marocains pour l’assurance vie, malgré un contexte inflationniste qui a réduit les rendements réels.

«Poussée par une dynamique inflexible semestre après semestre, la branche non Vie a enregistré une croissance de 6,8%. Les segments Accidents corporels et Incendie se distinguent particulièrement avec des hausses respectives de 7,7% et 9,1%», souligne l’hebdomadaire, citant les dernières statistiques de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS).

Cette évolution s’explique par l’augmentation du nombre de véhicules en circulation, l’expansion du parc immobilier, et également par la prise de conscience accrue des risques liés aux accidents et aux catastrophes naturelles. La branche Vie, quant à elle, a connu une croissance plus modérée de 2%. «Mais ne vous y trompez pas, ce segment recèle un immense potentiel. En effet, les segments Epargne-supports dirhams, Décès et Epargne-support unités de compte ont affiché des hausses respectives de 1,7%, 4% et 3,8%», lit-on.

L’augmentation du niveau de vie des Marocains et leur recherche de solutions d’épargne et de prévoyance plus attractives constituent l’un des principaux moteurs de cette croissance.

Le dynamisme du secteur se reflète également dans les résultats des compagnies d’assurances cotées en Bourse. Leur chiffre d’affaires a progressé de 3% à 22,7 milliards de dirhams, porté par les performances commerciales de Wafa Assurance (+739 millions de dirhams) et de Sanlam Maroc (+198 millions de dirhams), malgré une activité Vie qui a été impactée par la hausse de l’inflation en 2023.

Pour sa part, AtlantaSanad affiche une baisse de 5,4%, qui s’explique par la politique rigoureuse de la compagnie en matière d’assainissement du portefeuille et de la sélection des risques engagée dans le cadre de son plan stratégique, dans une optique d’amélioration de sa rentabilité technique.

«Sur le plan financier, le secteur affiche également une santé financière robuste. Le portefeuille des placements s’est apprécié de 1% pour s’établir à 206,75 milliards de dirhams. Cette croissance est notamment due à la reprise du marché boursier, qui a permis aux plus values latentes d’augmenter de 30,6% pour atteindre 19,6 milliards de dirhams à fin octobre», lit-on encore.

En termes de solvabilité, les assureurs continuent de dégager une marge moyenne largement au-dessus du minimum réglementaire sous le référentiel prudentiel actuel. Une performance qui traduit la solidité financière des compagnies d’assurances marocaines et leur capacité à faire face à leurs engagements.

Par Nabil Ouzzane
Le 14/03/2024 à 22h46