Zoom sur le secteur primaire dans le Sud du Royaume

Le port Dakla Atlantique, un méga-projet. . DR

Revue de presseKiosque360. Guelmim-Oued Noun, Laâyoune Sakia-Al Hamra, Dakhla Oued-Eddahab… Trois régions du Sud du Royaume qui misent sur le secteur primaire pour leur développement socio-économique. Cet article est une revue de presse de l’hebdomadaire La Vie Éco.

Le 06/11/2022 à 22h19

«Dans le Sud, le secteur primaire est prépondérant dans l’activité économique», écrit La Vie Éco dans sa livraison hebdomadaire. Le journal en veut pour preuve la part importante dans le PIB que se taillent l'agriculture, la pêche et l’élevage. Pourtant, durant les cinq dernières années, un changement de la structure dominée par des activités primaires, a été constaté.

En effet, les régions de Guelmim-Oued Noun et de Dakhla Oued-Eddahab présentent, au titre de 2020, des structures économiques dominées par les activités des services à hauteur de 73% et 67% respectivement. La région de Laâyoune Sakia-Al Hamra, elle, affiche la même année un PIB industriel de 38,2%. Autant dire que ces territoires sont bien avancés dans la diversification de leurs économies.

Appelés à être des territoires d’excellence selon le Nouveau modèle de développement, ces régions ont des atouts qui les prédisposent, d’après La Vie Éco, à «exceller dans le secteur agricole et celui de la pêche, car elles disposent d’une situation géographique privilégiée, de ressources naturelles exceptionnelles et d’un potentiel maritime parmi les plus grands, riches et variés». Ces atouts permettent à ces régions de capitaliser sur un socle solide pour leur développement socio-économique.

Le développement de la zone Sud s’appuie sur le port Dakhla-Atlantique. «Celui-ci contribuera au développement des échanges économiques et constituera une plateforme solide et compétitive pour les investisseurs», souligne l’hebdomadaire. Exemple à l’appui, La Vie Éco explique ainsi qu’à Dakhla, dont les produits agricoles sont en grande partie destinés à l’export vers l’Union européenne, la superficie cultivable pour la filière des primeurs sous serre a atteint environ 1.000 ha au titre de 2020. Grâce à plusieurs conditions favorables comme le climat et le savoir-faire des investisseurs, les rendements à l’export réalisés sont très satisfaisants.

Par Khalil Rachdi
Le 06/11/2022 à 22h19