Tanger Med: un blocage qui cause des pertes en milliards

Le port de pêche, ici au début des travaux. . DR

Revue de presseKiosque360. Le plus grand port du royaume vit ces derniers jours au rythme d’un blocage inédit, qui a obligé des centaines de camions à protester contre les difficultés d’accès aux zones d’inspection pour la vérification des marchandises transportées.

Le 19/05/2015 à 10h00

Ça bouchonne au niveau de Tanger Med. Le joyau de la chaîne logistique nationale s’enlise dans une situation de blocage. L’information est rapportée par Al Massae qui, en Une de son édition du 19 mai courant, précise que les chauffeurs de 45 camions chargés de fruits importés ont dû faire le pied de grue durant six jours en attendant le transport de leurs cargaisons dans l’enceinte du port pour suivre les procédures habituelles. Al Massae affirme que l’attente quotidienne de dizaines de camions a causé la perte de tonnes de produits de consommation et engendré une paralysie des différents services du port.

Une source proche du dossier a affirmé à Al Massae que ces mesures inhabituelles font que le rythme de sortie des camions du port Tanger Med tourne au ralenti à cause de l’absence d’équipements permettant d’inspecter de manière groupée une dizaine de véhicules. Les propriétaires de camions, qui ont organisé plusieurs sit-in dans le port, pointent du doigt l’administration du port, lui reprochant de ne pas faciliter l’accès au complexe et de manquer de personnel pour effectuer les tâches routinières d'inspection des cargaisons en provenance de l’étranger.

Cette situation de blocage, souligne Al Massae a causé la perte de millions de dirhams, dans la mesure où les sociétés d’import-export ont été obligées d’envoyer des camions vides après leur entrée au Maroc pour respecter les délais d’arrivée. D’habitude, ces camions arrivaient chargés de marchandises vers le Maroc et repartaient avec des produits marocains destinés à l’Europe, notamment des légumes. Devant pareille situation, les propriétaires de camions, surtout ceux chargés de transporter les fruits importés et les biens alimentaires, ont décidé d’observer une grève en raison des difficultés d’accès au port et des taxes douanières élevées. Chaque camion est en effet obligé de payer 120.000 DH pour entrer au port et accéder au marché de gros de fruits et légumes.

Par Amine Haddadi
Le 19/05/2015 à 10h00