Progression des prêts alloués au secteur non financier

Photo d'illustration. . DR

Revue de presseKiosque360. Les prêts alloués au secteur non financier sont en hausse. En effet, les dernières statistiques de Bank Al-Maghrib notent une accélération de +4,9% à fin janvier 2021, soit 814,92 milliards de dirhams. Explications.

Le 28/02/2021 à 17h39

+4,9% à fin janvier 2021 contre 3,9% précédemment. Les prêts alloués au secteur non financier enregistrent une accélération dans leur progression, comme le dévoile Bank Al-Maghrib dans ses dernières statistiques. A fin janvier 2021, ils se sont ainsi chiffrés à 814,92 milliards de dirhams. Cette montée en puissance recouvre l’accélération de 4,7 à 7,5% de la croissance des prêts aux sociétés non financières privées et le ralentissement de 3,4 à 3,2% de la progression des crédits aux ménages, comme le rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition de ce 1er mars.

En effet, à fin janvier 2021, les prêts alloués aux sociétés non financières privées se sont élevés à 388,85 milliards de dirhams, en consolidation de 27,1 milliards de dirhams en glissement annuel, et les crédits aux ménages ont atteint les 353,19 milliards de dirhams, précise le journal qui ajoute que l’encours global des crédits bancaires a atteint les 933,39 milliards de dirhams à fin janvier 2021, soit +4,1% par rapport à l’année précédente.

La banque centrale dévoile également que les prêts contractés par les sociétés non financières publiques se sont chiffrés à 48,58 milliards de dirhams, accusant une baisse de 1,93 milliard de dirhams par rapport à la même période l’an passé. Elle constate aussi une baisse de régime pour les crédits immobiliers: +2,3 % contre 2,5% auparavant, s’établissant à 282,86 milliards de dirhams dont 222,80 milliards des crédits à l’habitat (+3,5 %) et 55,56 milliards de dirhams de crédits alloués aux promoteurs immobiliers (taux en stagnation).

Autre observation de Bank Al-Maghrib: la baisse des crédits à la consommation qui atteint 54,34 milliards de dirhams, soit un recul de 2 milliards de dirhams par rapport à janvier 2020. Et le journal d’évoquer également des créances en souffrance en accélération: +15,3% à fin janvier après +14,4% en décembre 2020, pour atteindre 81,4 milliards de dirhams.

Par Fayçal Ismaili
Le 28/02/2021 à 17h39