Pourquoi, pour la première fois, le prix du diesel a dépassé celui de l'essence

Pistolet distributeur de carburant.  . DR

Du jamais vu, le prix du diesel à la pompe a dépassé, ce jeudi 31 mars 2022, celui de l’essence (resté inchangé depuis le 16 mars), au grand dam du pouvoir d’achat des automobilistes. Mais comment expliquer cette situation inédite?

Le 31/03/2022 à 18h20

A la grande surprise des usagers de la route, le prix du diesel a dépassé celui de l’essence ce jeudi 31 mars. En hausse de 1,35 dirhams, le gasoil se vend désormais autour de 14,30 dirhams le litre dans les stations services casablancaises, dépassant ainsi le prix du litre d’essence qui, lui, est resté inchangé, autour de 14,16 dirhams. Une situation inédite et inattendue.

Contacté par Le360, Francis Perrin, senior fellow, spécialiste des problématiques énergétiques auprès du Policy Center for the New South, explique que les prix du diesel ont augmenté plus fortement que ceux de l’essence à cause de la hausse de la demande sur ce carburant en Europe. Hausse à laquelle s'ajoutent les craintes des traders sur le marché international d’une baisse de la production durant les prochains jours, face à un risque d’escalade des tensions en Russie, étant donné que le pays produit et exporte plus de diesel que d’essence sur le marché international. 

«La Russie est un grand producteur et exportateur de gas-oil qui est le carburant des moteurs Diesel. Comme la Russie est engagée dans la guerre en Ukraine et qu’elle fait l’objet pour cette raison de très fortes sanctions économiques occidentales, les traders sur les marchés pétroliers anticipent de possibles problèmes concernant les approvisionnements en gas-oil», souligne-t-il. 

Par conséquent, dans certains pays importateurs, que ce soit le Maroc ou la France, les prix du diesel à la pompe sont aujourd’hui supérieurs à ceux de l’essence alors qu’ils étaient traditionnellement plus bas. Etant destiné à la fois aux machines lourdes, aux transports, à l'agriculture, à la pêche, à l'électricité et au chauffage, la ruée vers la sécurisation des stocks du diesel est plus importante que celle vers l’essence durant cette période afin d’assurer en premier lieu la pérennité de l’activité économique.

En effet, l’agence de presse anglaise Reuters alertait déjà la semaine dernière quant au risque d’une pénurie de diesel en Europe à cause de la pression sur les approvisionnements en provenance de la Russie depuis le début du mois de mars en raison des sanctions occidentales prises en représailles à l'invasion russe de l'Ukraine. Et ce, d’autant plus que Moscou est le principal fournisseur de diesel en Europe, avec plus de trois quarts de million de barils par jour. 

Pour rappel, les Etats-Unis ont interdit les importations de pétrole russe en réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la Grande-Bretagne a déclaré qu'elle supprimerait progressivement l'importation de pétrole et de produits pétroliers russes d'ici à la fin de 2022, alors que l'Union européenne étudie toujours la possibilité d'une interdiction.

Entre-temps, plusieurs compagnies pétrolières ont renoncé à s'approvisionner en Russie par crainte de l'opposition de l'opinion publique, des difficultés à obtenir des financements et des assurances en plus de la réticence des armateurs à charger du pétrole dans les ports russes, rapporte Reuters.

L’évolution des prix des carburants reste ainsi tributaire de l’évolution de la situation géopolitique sur la scène internationale.

Cette nouvelle hausse des carburants au Maroc intervient par ailleurs à la veille du déblocage de la première vague des aides directes mobilisées par le gouvernement au profit des professionnels du transport, toutes catégories confondues, dont le lancement est prévu au cours de la première semaine du mois d'avril.

Par Safae Hadri
Le 31/03/2022 à 18h20