PLF 2023: le Trésor prévoit de mobiliser plus de 40 milliards de dirhams de financements extérieurs

Devises étrangères. (Photo d'illustation) . DR

En tenant compte de la situation macro-économique du pays, le Trésor continuera à mobiliser des financements internationaux, et ce, dans le cadre de sa stratégie d’arbitrage entre les financements intérieurs et extérieurs.

Le 19/10/2022 à 16h28

Selon la note de présentation du projet de loi de finances 2023, le Trésor prévoit de mobiliser plus de 40 milliards de dirhams, dont notamment 19,8 milliards de dirhams au titre des prêts de la Banque mondiale, 6,6 milliards de dirhams au titre des prêts de la Banque africaine de développement (BAD) et 1 milliard de dirhams au titre des prêts du Fodep.

Il est également prévu de mobiliser environ 6,1 milliards de dirhams au titre des facilités du FMA et du programme de financement du commerce arabe et environ 2,6 milliards de dirhams au titre des prêts de l’Agence japonaise de développement international, 1,5 milliard de dirhams au titre des prêts de la KFW et près de 1 milliard de dirhams au titre des prêts de l’Agence française de développement (AFD).

En outre, un montant de 2,4 milliards de dirhams est prévu avec l’UE et 1,5 milliard de dirhams au titre des prêts de la Banque européenne d'investissement (BEI).

Par ailleurs, s’agissant du don financier des pays du Conseil de coopération du Golfe, estimé à 45 milliards de dirhams, accordé au Maroc dans le cadre du partenariat stratégique entre le Royaume du Maroc et ces pays, le pourcentage des versements a dépassé 96% à fin août 2022. L’année 2023 connaîtra le retrait total de cette somme et la clôture de cet important accord qui a permis au Maroc de bénéficier de 5 milliards de dollars américains sous forme de don.

En ce qui concerne la coopération traditionnelle avec les autres partenaires techniques et financiers, les efforts se poursuivent pour finaliser les programmes de coopération en cours et définir de nouveaux cadres de coopération pluriannuelle, tout en s’efforçant d’harmoniser les interventions associées aux différents bailleurs de fonds, dans le respect des directives royales ainsi que des priorités gouvernementales.

Par Ayoub Khattabi
Le 19/10/2022 à 16h28