Plafonnement des prix des tests PCR: les détails de l’avis rendu par le Conseil de la concurrence

Ahmed Rahhou, président du Conseil de la concurrence. . MAP

Après une demande d’avis formulée le 31 août 2021 par le gouvernement, le Conseil de la concurrence a donné son accord pour que des mesures temporaires, n'excédant pas six mois, soient prises afin de réglementer les prix des tests de dépistage du Covid-19.

Le 07/09/2021 à 16h36

La décision du gouvernement de plafonner le prix des tests de dépistage du Covid-19 à compter du 10 septembre prochain, a été prise après consultation du Conseil de la concurrence qui s’est réuni en formation plénière lundi 6 septembre.

L’avis n°2/A/2021 (cliquez sur le lien en fin d'article pour consulter l'intégralité de l'avis) rendu à l’issue de cette réunion est clair: «le Conseil de la concurrence n’a pas d’objections à ce que des mesures temporaires n'excédant pas six mois soient prises par l'administration, afin de réglementer les prix des tests de dépistage du Covid-19».

L’instance présidée par Ahmed Rahhou estime en effet que «malgré la décision d’ouverture conditionnée du marché à l’ensemble des laboratoires du secteur privé, et qui aurait pu être prise antérieurement, cette décision n’a été prise que le 23 août 2021».

Les effets escomptés de cette ouverture sur la structure de l'offre sur le marché et sur les prix ne pouvant être observées qu’à moyen terme, le Conseil considère en conséquence que, malgré cette ouverture conditionnelle, la demande du gouvernement de réglementer temporairement les prix des tests de dépistage du Covid-19 demeure justifiée dans le contexte peu concurrentiel actuel du marché.

Le Conseil se réserve le droit, une fois ces mesures temporaires prises par le gouvernement, de suivre étroitement l’état de la concurrence sur ce marché, de l’étudier en profondeur, et de prendre toutes les mesures nécessaires à même d’améliorer son fonctionnement concurrentiel.

La fixation du niveau des prix des tests de dépistage du Covid-19 par le gouvernement après consultation de la commission interministérielle des prix, doit toutefois garantir «un niveau raisonnable de marge incitatif», indique le Conseil. Ceci pour encourager l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché et permettre ainsi de concurrencer les laboratoires privés déjà opérant sur ce dernier et ce, en vue de créer une nouvelle dynamique et pression concurrentielle efficace.

Le Conseil considère également que la fixation du prix de vente au public doit non seulement plafonner la marge bénéficiaire des laboratoires privés d'analyses biomédicales, mais couvrir également par son champs les marges de tous les intervenants au niveau de la chaîne, notamment les producteurs et les importateurs des réactifs et consommables nécessaires à la réalisation des tests de Covid-19.

S’agissant de l’élargissement de la base d’offres sur le marché permettant un accès plus équitable aux tests Covid-19, le Conseil considère que la lutte contre cette pandémie, nécessite l’adoption d’une approche proactive et préventive privilégiant l’ouverture du marché à de nouveaux entrants en allégeant les conditions d’accès.

Pour rappel, suite à cette avis, la commission interministérielle des prix a décidé, le 6 septembre au soir, de plafonner, à compter du 10 septembre 2021, les prix de vente au public des tests de dépistage du Covid-19. Le prix du test PCR a été ainsi fixé à 400 dirhams, et celui du test antigénique rapide à 190 dirhams.

  • avis_du_conseil_de_la_concurrence_concernant_la_reglementation_des_prix_des_tests_de_depistage_du_covid-19_vf_2.pdf
Par Amine El Kadiri
Le 07/09/2021 à 16h36