Mine de potasse de Khémisset: détenteur du permis d'exploitation, Emmerson PLC a conclu deux mémorandums de vente

Des membres d'Emmerson PLC en visite de terrain, sur le site de la mine de potasse de Khémisset, à la mi-septembre 2021.  . Emmerson PLC

Détentrice d'un permis d'exploitation d'une mine de potasse à Khémisset, la firme britannique Emmerson PLC annonce ce lundi 21 novembre 2022 avoir conclu deux mémorandums d’entente avec des négociants suisses, pour la revente de productions transformées de la ressource naturelle qui sera exploitée dans ce site.

Le 21/11/2022 à 12h28

Compagnie britannique, Emmerson PLC, détentrice d'une licence d’exploitation d'une mine de potasse à Khémisset, annonce ce lundi 21 novembre 2022 la signature de deux mémorandums d’entente pour la vente de la production à venir sur ce site. 

Un premier accord a ainsi été conclu avec Keytrade AG, un groupe suisse spécialisé dans l'agroalimentaire, pour la vente d’un minimum de 245.000 tonnes métriques par an de muriate de potasse (MOP) sur une période de dix ans, annonce un communiqué d'Emmerson PLC. 

Le second mémorandum a été conclu avec Hexagon Group AG, une société de négociation de matières premières, également établie en Suisse, pour la vente d'un minimum de 245.000 tonnes métriques par an de muriate de potasse, et d'un minimum de 500.000 tonnes métriques par an de chlorure de sodium, tous deux pour une période de dix ans. 

Selon le communiqué, ces deux protocoles d'accord ne sont pas contraignants, et définissent les principales conditions et modalités des futurs achats des partenaires suisses. «Ces protocoles d’entente représentent plus de 65% de la production de muriate de potasse et 50% de la production de sel de la mine de Khémisset», a expliqué Graham Clarke, le PDG d’Emmerson PLC. 

C'est en février 2021 qu'Emmerson PLC avait reçu son autorisation d'exploitation de la mine de potasse de Khémisset, du ministère de l’Energie et des mines. Sa production annuelle est estimée à plus de 730.000 tonnes de muriate de potasse commercialisables, et à un million de tonnes de sodium chloride.

Fort du succès des études techniques effectuées, et d’une levée de fonds de 47 millions de dollars, l’entreprise britannique s'apprête à présent à lancer les travaux de construction de son usine à Khémisset même. Avec un investissement estimé à 400 millions de dollars, l'unité de transformation de ces ressources naturelles deviendrait la toute première du genre en Afrique.

Par Safae Hadri
Le 21/11/2022 à 12h28