Industrie, éducation, insertion sociale… Comment faire du digital un levier de développement des secteurs stratégiques?

Le cycle de conférences MD Talks est revenu cette année après deux ans de suspension, sous le thème: «La digitalisation, levier stratégique du Nouveau Modèle de Développement». . le360

Le 28/05/2022 à 13h26

VidéoLa digitalisation a été au cœur des débats, ce vendredi 27 mai, lors de la deuxième édition du cycle de conférences «MD Talks», organisé à Casablanca par le mensuel Maroc Diplomatique sous le thème «La digitalisation, levier stratégique du Nouveau Modèle de Développement».

Cet évènement, qui a connu la participation du ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, du ministre de l’Education nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa, et de la ministre de la Solidarité, de l'insertion sociale et de la famille, Aawatif Hayar, a été l’occasion non seulement de mettre en lumière les différentes facettes de la révolution digitale enclenchée au Maroc, mais également de passer en revue les efforts qui restent à déployer pour faire du digital un véritable levier de développement des différents secteurs stratégiques pour le pays.

Intervenant à l’occasion, Ryad Mezzour a assuré que le digital est au cœur de la transformation et du développement de l’industrie marocaine, notamment le secteur automobile. «Sur les 180.000 personnes qui travaillent dans le secteur automobile aujourd’hui, 8.000 techniciens et ingénieurs marocains créent et développent chaque jour de nouveaux modèles à distance pour les constructeurs», a-t-il précisé.

Il a également souligné que le digital permet de créer énormément d’emplois et d’en préserver d’autres, notamment durant les périodes de crise. «Dans l’offshoring, plus de 100.000 personnes travaillent à distance pour servir des entreprises dans tous les pays du monde grâce au digital. Le secteur a réussi à continuer à travailler malgré la crise sanitaire», s’est-il réjoui.

Poursuivant, Mezzour a souligné l’urgence d’adapter les modèles économiques aux nouveaux enjeux de la digitalisation en offrant notamment de nouvelles opportunités aux jeunes talents, à qui il faut offrir de nouveaux modes de «création de richesse, de valeur et d’emplois».

De son côté, Aawatif Hayar a expliqué comment son département tire profit de la digitalisation pour accélérer les processus d’insertion sociale en faveur des différentes tranches de la population, notamment à travers le programme GISR (Green innovative social regeneration), un mécanisme de régénération sociale verte et innovante visant à créer une nouvelle génération de services sociaux.

«La transformation numérique doit se reposer sur l’humain avant tout, la digitalisation n’est qu’un support qu’il faut optimiser pour réussir l’insertion sociale des citoyens. Nous avons lancé, dans ce sens, différentes plateformes de formation, d’entrepreneuriat. Nous avons également digitalisé tous les centres de l’entraide nationale en mettant en place un guichet unique qui nous permettra d’atteindre toute la population et surtout recenser les besoins en temps réel pour pouvoir y répondre de manière optimale», a souligné la ministre.

Cette deuxième édition des MD Talks a connu également la participation de Steffen Krüger, représentant résident au Maroc de la Fondation Konrad Adenauer, de l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Maroc, Li Changlin, de l’ambassadeur du Tchad au Maroc, Mohamat Abdelrassoul, et du consul général intérimaire de la République du Gabon à Laâyoune, Lezin Issha Boussougou. 

Par Safae Hadri et Khadija Sebbar
Le 28/05/2022 à 13h26