Création de richesse: trois régions enregistrent des taux de croissance positifs en 2020

DR

Revue de presseKiosque360. Le HCP vient de dévoiler une note sur la contribution des régions à la constitution du PIB en 2020. Voici ce qu’il faut retenir. Cet article est une revue de presse du journal Aujourd’hui Le Maroc.

Le 12/09/2022 à 21h56

Le volume du Produit Intérieur Brut (PIB) enregistré par l’économie nationale en 2020 a atteint 1150,7 milliards de dirhams, affichant un recul de 7,2% par rapport à l’année 2019, rapporte Aujourd’hui Le Maroc dans son édition du 13 septembre.

Le quotidien nous apprend ainsi que les comptes régionaux de 2020 font ressortir des disparités des taux de croissance du PIB entre les régions et que malgré une conjoncture économique marquée par les effets de la crise sanitaire, trois régions ont pu enregistrer des taux de croissance positifs. Il s’agit des régions de Laâyoune-Sakia El Hamra (21,5%), Guelmim-Oued Noun (3,6%) et Dakhla-Oued Eddahab (1,9%). «En revanche, quatre régions ont enregistré des taux de croissance négatifs moins accentuées que la moyenne nationale (-7,2%), à savoir les régions de Drâa-Tafilalet (-0,9%), Béni Mellal-Khénifra (-2,2%) et Rabat-Salé-Kénitra (-5,9%). Pour ce qui est de la région de Casablanca-Settat, elle a connu une croissance proche de la moyenne nationale (-7,9%)», note le quotidien. Les quatre régions restantes ont affiché des croissances négatives plus accentuées que la moyenne nationale allant de -8,4% dans la région de Fès-Meknès à -13% dans la région de Marrakech-Safi.

En termes de contribution régionale à la création du PIB en valeur, les régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et TangerTétouan-Al Hoceima ont généré 59% de la richesse nationale, avec 32,2%, 15,9% et 10,9% successivement. Dans le même sens, cinq régions ont contribué à 32,7% du PIB, à savoir Marrakech-Safi avec 7,9%, Fès-Meknès avec 7,7%, Souss-Massa avec 6,5%, Béni Mellal-Khénifra avec 5,4% et l’Oriental avec 5,2%. Concernant les régions de Drâa-Tafilalet et les trois régions du Sud, elles ont une quote-part de 8,1% dans la création du PIB en valeur, avec respectivement 3,2 et 4,9%.

Par secteur, les activités primaires (agriculture et pêche) représentent 10,7% du PIB au niveau national en 2020, alors que celles secondaires (industrie manufacturière, mines, électricité, eau, assainissement, gestion des déchets et dépollution, et bâtiment et travaux publics), représentent 26% du PIB.

«Quatre régions révèlent des parts supérieures à cette moyenne. Il s’agit de Casablanca-Settat avec 39,6%, Laâyoune-Sakia Al Hamra avec 38,2%, Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 32% et Béni Mellal-Khénifra avec 26,5%. Du côté des activités tertiaires (services marchands et non marchands), elles génèrent plus que la moitié de la richesse nationale en 2020 (53,2%)», note le quotidien. Les régions de Guelmim-Oued Noun, Dakhla-Oued-Eddahab, Rabat-Salé– Kénitra et Marrakech-Safi contiennent des structures économiques dominées par les activités des services, avec des parts largement supérieures à celle réalisée au niveau national successivement 73%, 67,4%, 65,9% et 61,1%. Enfin, en termes de contribution régionale aux activités économiques nationales, sept régions ont participé à plus du quatre cinquièmes de la valeur ajoutée du secteur primaire.

Par Ismail Benbaba
Le 12/09/2022 à 21h56