Comment l’inflation a évolué au Maroc ces cinq dernières années

L'inflation au Maroc s'est située à 6,6% en 2022 (photo d'illustration).. DR

Le Haut-commissariat au plan a analysé dans une récente étude l’évolution de l’inflation au Maroc durant les cinq dernières années, afin de remonter à l’origine du niveau historique atteint en 2022. Portée essentiellement par la flambée des prix des produits alimentaires et des carburants, l’accélération de l’inflation au Maroc relève essentiellement de facteurs externes.

Le 26/01/2023 à 15h07

Dans une étude intitulée «Evolution de l’inflation des produits échangeables et non échangeables au Maroc», le Haut-commissariat au plan (HCP) a analysé la progression des prix à la consommation ces cinq dernières années au Maroc pour remonter à l’origine de la flambée de l’inflation, qui a atteint un niveau historique en 2022.

En 2022, l’inflation s’est située à 6,6% à cause notamment de la hausse des produits alimentaires (+11%) et des carburants (+42,3%). Cette hausse est la plus importante enregistrée depuis plus de 30 ans (+8,2% en 1991), indique l’étude réalisée par le chef de division des indices statistiques au HCP, Mohamed El Maliki.

La variation des produits alimentaires est due principalement à la hausse des «huiles et graisses» avec 26,4 %, des «légumes» avec 15,7%, des «pain et céréales» avec 14,4%, des «viandes» avec 7,9%, des «lait, fromage et œufs» avec 6,9%, des «fruits» avec 5,6% et des «poissons et fruits de mer» avec 4,6%.

«Avant l’année 2021, l’inflation était à son niveau le plus bas au Maroc. Elle a été maintenue à un niveau ne dépassant pas le seuil de 2%. Suite à la crise sanitaire et aux tensions géopolitiques dans la mer Noire, les prix ont augmenté d’une manière progressive pour atteindre des pics sans précédent», explique Mohamed El Maliki.

Sur les cinq dernières années, l’inflation a connu d’importantes fluctuations. Après s’être située à 1,9% en 2018, elle a enregistré son niveau le plus bas depuis 53 ans en 2019, avec 0,2%. En 2020, année de la crise sanitaire, l’inflation s’est située à 0,7%, avant de monter à 1,4% en 2021 et atteindre son pic en 2022 à 6,6%.

L’inflation des produits échangeables (produits échangés à l’international) a été de 0,6 % entre 2017 et 2021, contre 1,4% pour les produits non échangeables (produits non échangeables sur le marché international), attestant du niveau modeste des tensions inflationnistes d’origine externe durant cette période.

Cependant, le début de l’année 2022 a été marqué par une montée des tensions inflationnistes d’origine externe. En effet, les prix des produits échangeables ont vu leur rythme d’accroissement s’accentuer de 9,1% contre 3,2% pour les produits non échangeables, dans un contexte marqué par la persistance des pressions inflationnistes chez les partenaires étrangers, notamment dans la zone euro, principal partenaire du Maroc.

«L’inflation en 2022 est causée par des facteurs d’origines externes suite aux déséquilibres des chaînes d’approvisionnement après la pandémie du Covid-19. Cette hausse a été accentuée par l’effet du conflit russo-ukrainien et l’augmentation de l’inflation chez nos principaux partenaires économiques», explique l’auteur de l’étude.

Quant aux biens non échangeables, leurs prix ont évolué de 3,2% au cours de l’année 2022 contre 1,9% en 2021. Cette tendance fait ressortir l’apparition d’une tendance interne des pressions inflationnistes qui a dépassé le niveau moyen de 1,4% constaté durant la période 2017-2021.

Par Safae Hadri
Le 26/01/2023 à 15h07