Berkane: les récentes pluies redonnent le sourire aux agriculteurs

Selon la Direction régionale de l'agriculture de l’Oriental, le taux cumulé des précipitations dans la région s'est élevé au 8 avril 2022 à 127,2 mm, contre 146,1 mm enregistrés au cours de la même période la saison dernière. . Adil Gadrouz / Le360 (capture image vidéo)

Les agriculteurs de Berkane, dans la région de l’Oriental, se réjouissent suite aux dernières pluies qui sont venues mettre fin à l'étouffante crise de sécheresse qui a touché le Maroc cette année, sauvant de ce fait le reste de la campagne agricole.

Le 16/04/2022 à 11h22

Les dernières précipitations des mois de mars et avril ont eu un impact positif sur le moral des agriculteurs de Berkane, et surtout sur les cultures, qui sont encore en phase de croissance, comme les légumes et les arbres fruitiers.

Interrogé par Le360, Rabbah Melhi, un agriculteur de Fezouane, ville de la province de Berkane, souligne que «l’impact de la pluie sur les cultures printanières est très positif. Aujourd’hui, les agriculteurs de la région ont retrouvé le sourire et l'espoir surtout. L’Office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya (ORMVAM), que je remercie fortement, a contribué à atténuer les effets de la sécheresse, en nous approvisionnant avec de l’eau d’irrigation».

Jamal Mahdaoui, cultivateur à Madagh confirme à son tour «les bienfaits des récentes pluies sur la saison agricole et les cultures printanières mises en place depuis quelques temps, notamment les betteraves, les pommes de terre, les oranges. D'autant que le ministère de l’Agriculture n’a pas manqué de soutenir, dans ces circonstances exceptionnelles, les petits agriculteurs de la région».

Selon les données de la Direction régionale de l'agriculture de l’Oriental, le taux cumulé des précipitations dans la région s'est élevé au 8 avril 2022 à 127,2 mm, contre 146,1 mm enregistrés au cours de la même période la saison dernière, soit une baisse de 44% par rapport à une saison normale.

Les villes de Berkane, Nador et Driouch sont celles qui ont connu le plus de précipitations. A elles seules, elles ont enregistré un taux de 150 mm. A Oujda, il y a eu 120 mm de pluies, tandis qu’à Taourirt, Jerada et Guercif, les 60 mm n'ont pas été dépassées. La ville de Figuig a quant à elle enregistré des précipitations de l'ordre de 25 mm.

Ces précipitations ont également eu un impact sur le bassin hydraulique de la Moulouya qui a cumulé 92,2 millions de mètres cubes, soit un taux de remplissage de 12,5%, contre 36,5% durant la même période la saison dernière. La baisse est estimée à 66%. 

Par Mohammed Chellay
Le 16/04/2022 à 11h22