Baisse du prix du carburant: voici les tarifs affichés ce samedi 16 juillet à Casablanca

Les prix à la pompe affichés dans différentes stations services, samedi 16 juillet 2022, à l'arrondissement d'Anfa à Casablanca. . Le360

Après plusieurs hausses successives, le prix du carburant a été révisé à la baisse ce samedi 16 juillet 2022. Ce matin, l’essence comme le diesel ont vu leur prix diminuer de 1 dirham en moyenne. Certains distributeurs n’ont pas encore répercuté cette baisse.

Le 16/07/2022 à 12h03

Bonne nouvelle pour les automobilistes. Comme annoncé précédemment par Le360, les tarifs à la pompe ont baissé ce samedi 16 juillet 2022 d’environ 1 dirham par litre. Certains distributeurs n’ont pas encore répercuté la baisse, mais ils ne tarderont pas à le faire. 

Dans le détail, le prix du litre d’essence affiché ce matin à Casablanca dans les stations-service qui ont déjà appliqué la baisse est de 16,61 dirhams chez Afriquia et de 16,78 dirhams du côté de Shell et Total Energies. Il devrait cependant atteindre 16,60 dirhams dans les stations-service Winxo une fois la baisse répercutée, selon les données recueillies par Le360 auprès de la Fédération nationale des propriétaires, commerçants et gérants des stations de service au Maroc (FNPCGS).

Le litre du gasoil a atteint, quant à lui, 15,53 dirhams dans les stations Afriquia, 15,67 dirhams chez Shell et Total Energies. Il devrait atteindre 15,66 dirhams chez Winxo. D’autres distributeurs comme Ola Energy et Petrom n’ont toujours pas communiqué sur la baisse prévue de leurs tarifs.

Les prix des carburants dans les stations-service des autres villes du Royaume sont encore plus élevés à cause du coût du transport. 

La baisse des prix à la pompe fait suite au recul des cours du pétrole sur le marché international. Le baril de Brent de la mer du Nord a chuté jusqu’à 95,93 dollars, jeudi 14 juillet 2022, alors que le baril du West Texas Intermediate (WTI) américain s’est échangé à 92,04 dollars, retombant ainsi à des niveaux plus vus depuis avant la guerre en Ukraine, emportés par les craintes de récession qui menacent la demande d’or noir dans un contexte d’inflation record aux Etats-Unis et dans la zone euro.

Par Safae Hadri
Le 16/07/2022 à 12h03