Pillage culturel: des photos du Maroc utilisées en Algérie pour promouvoir le salon de l’artisanat de Tlemcen

A gauche, la photo disponible sur la banque d'images Flickr, légendée femme berbère-Maroc. A droite, l'affiche du salon de l'artisanat de Tlemcen. . DR

A Tlemcen, l'affiche utilisée pour la promotion du salon de l'artisanat de la ville est un nouvel exemple de la réappropriation culturelle, aussi grossière que ridicule, à laquelle se livre l’Algérie pour faire la promotion de sa «culture».

Le 22/05/2022 à 13h22

En Algérie, la question de l’influence marocaine sur l’histoire du pays semble être un casse-tête insoluble qui frise de plus en plus avec la schizophrénie. Car si d’un côté, la junte militaire tente par tous les moyens d’éradiquer toute trace du Maroc de son histoire, quitte à limoger la directrice marketing de la compagnie aérienne Air Algérie pour avoir publié un post vantant la beauté de l’architecture maroco-andalouse de la ville; de l’autre, c’est à un véritable pillage culturel que s’attèlent les administrations du pays en s’accaparant sournoisement ce même patrimoine.

Ainsi, après le scandale dévoilé dans une enquête du 360, des pages marocaines de Wikipédia piratées par des trolls algériens pour mieux s’approprier tout le patrimoine culturel du Maroc, après l’utilisation d’une photo de gastronomie marocaine sur le site officiel des jeux méditerranéens d’Oran pour illustrer «les saveurs oranaises», un nouvel exemple de pillage culturel vient d’être découvert par les internautes marocains.

Ironie de l’histoire, c’est aussi à Tlemcen, la plus marocaine des villes algériennes -mais à laquelle on réfute cette caractéristique- que l’on assiste à ce pillage. Ainsi, pour annoncer la tenue d’un salon de l’artisanat de la ville de Tlemcen du 15 au 18 mai, la direction de la culture et des arts de la province de Tlemcen a tout simplement volé la photo d’une vieille femme marocaine filant de la laine pour en faire le personnage central de son affiche promotionnelle.

© Copyright : DR

Or, cette photo prise le 30 mars 2008 est disponible sur la banque d’images Flickr et sa légende indique: «femme berbère-Maroc».

© Copyright : DR

Mieux encore, le fils de la vieille femme qui tisse la laine a lui-même publié une vidéo dans laquelle, assis près de sa vieille mère, Mbarka, celui-ci s’insurge de la récupération de cette photo et précise qu’ils habitent dans le village marocain de Taloust, non loin de la ville de Taznakht, située dans la région de Draâ-Tafilalet.

Mais ce n’est pas tout, en guise d’exemple d’artisanat algérien mis en avant sur cette même affiche, une photo promotionnelle d’un restaurant marocain, le Marrakech restaurant, publiée sur la page de l’établissement sur le site menuquick.ma.

© Copyright : DR

La supercherie ne sera toutefois pas passée inaperçue car c’était sans compter sur l’œil affûté des internautes marocains qui n’ont pas tardé à dénoncer ce vol sur Twitter en publiant les photos dans leur contexte d’origine.

Face à la polémique née sur les réseaux sociaux mais surtout au ridicule dont se couvre à nouveau l’Algérie en s’appropriant grossièrement un patrimoine qui ne lui appartient pas, la page officielle de la direction de la culture et des arts de la province de Tlemcen qui avait annoncé la tenue de son salon en publiant l’affiche en question... 

© Copyright : DR

... a tout bonnement supprimé l’image de son précédent post.

© Copyright : DR

Une marche-arrière qui n’a pas échappé non plus à la Toile marocaine, laquelle n’a pas manqué d’effectuer des captures d’écran avant/après de cette communication ratée.

Par Zineb Ibnouzahir
Le 22/05/2022 à 13h22