Culture

Au cœur du Musée national de la parure, un hymne au beau et au subtil marocains

VidéoLes visiteurs marocains et étrangers ont été enthousiasmés par la «beauté sublime» du Musée national de la Parure qui a rouvert ses portes au public ce lundi 9 janvier 2023 dans la kasbah des Oudayas, à Rabat.

Le 09/01/2023 à 21h10, mis à jour le 09/01/2023 à 21h14
cover: Réouvert, le Musée national de la parure est d’une beauté sublime
Une des pièces maîtresses exposées au Musée national de la Parure, au Jardin des Oudayas de Rabat. | Le360

Dès le début de la conférence de presse qui a marqué cette réouverture, Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées (FNM), a félicité le roi Mohammed VI pour avoir mis à la disposition du musée de la Parure sa collection personnelle de bijoux. Mehdi Qotbi a également salué le Souverain pour l’aide qu’il accorde à la FNM, un établissement qui fête ses 10 ans. Rouvert au public, le musée national de la Parure des Oudayas à Rabat est d’une beauté sublime

Les visiteurs marocains et étrangers ont été enthousiasmés par la «beauté sublime» du musée national de la Parure qui a rouvert ce lundi 9 janvier 2023 au public dans la kasbah des Oudayas, à Rabat.

Dès le début de la conférence de presse qui a marqué cette réouverture, Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées (FNM), a félicité le roi Mohammed VI pour avoir mis à la disposition du musée de la Parure sa collection personnelle de bijoux. Mehdi Qotbi a également salué le Souverain pour l’aide qu’il accorde à la FNM, un établissement qui fête ses 10 ans.

Le troisième élément soulevé par le président de la Fondation nationale a concerné l’engouement suscité par l’ouverture du musée national de la Parure des Oudayas auprès des visiteurs. «Dimanche au 1er jour de la réouverture au public, on a reçu quelque 3.000 visiteurs venus de Rabat, des régions et de l’étranger», s’est félicité Mehdi Qotbi avant d’estimer que «peu de pays dans le monde sont dotés d’un tel musée national qui reflète la beauté et l’histoire des bijoux nationaux».

Abdelaziz El Idrissi, président du musée Mohamed VI d’art moderne et contemporain, a pour sa part livré l’historique de cette collection de bijoux, affirmant qu’elle a nécessité une préparation par des experts, dont sa personne, avant de tenir l’exposition. «Il y a des bijoux d’une beauté sublime qui datent de décennies, voire de siècles», a-t-il souligné.

Un document distribué à cette occasion a fait état de cette particularité. «Confectionnée à la main avec les techniques ancestrales, la parure marocaine se distingue par sa richesse et sa diversité. Elle se révèle à travers les formes, les matières et les techniques utilisées, et reflète l’identité régionale et culturelle nationale», lit-on dans cette brochure.

Le musée national de la Parure des Oudayas, dont la charge de conservatrice a été confiée à Fatima-Zohra Khlifi, abrite environ 800 bijoux marocains parmi lesquels nombre datent de deux siècles. Il abrite également une aile accueillant des caftans pour femmes et hommes.

Il faut rappeler que ce musée a été officiellement inauguré le samedi 7 janvier 2023 par Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, présidente de la Fondation pour la sauvegarde du patrimoine culturel de Rabat. Cinq sections composent le parcours de l’exposition à travers une approche monographique sur quelques aspects de bijoux et des caftans marocains.

La première salle est attribuée à l’évolution historique de la parure et la chaîne opératoire de fabrication, alors que la deuxième est dédiée à l’histoire du costume marocain. Quant à la troisième section, elle est consacrée à la parure masculine et la quatrième à la parure amazighe. La cinquième salle se concentre sur les spécificités régionales des principaux centres de productions du bijou urbain.

Pour célébrer cette réouverture -après environ 3 ans de travaux menés par le ministère de la Culture et la wilaya- la Fondation nationale des musées offre un accès gratuit au musée du 9 au 23 janvier 2023. Le jardin du musée rappelle l’atmosphère et la tradition de l’habitat marocain: le riad. L’espace du jardin andalou est agrémenté d’une mosaïque de plantes et de fleurs offrant une grande variété de couleurs et de parfums.

Le 09/01/2023 à 21h10, mis à jour le 09/01/2023 à 21h14

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800