SIAM 2023: Ayam Cemani, la «Lamborghini» des poulets qui vaut jusqu’à 6.000 dirhams

Ayam Cemani est une race de poulet originaire d'Indonésie, connue pour sa couleur entièrement noire.
Le 06/05/2023 à 10h37

VidéoIl est la star du stand «Volaille» du 15e Salon international de l’agriculture au Maroc. C’est l’Ayam Cemani, un poulet entièrement noir qui fascine les visiteurs grâce à sa beauté unique, mais pas que.

L’Ayam Cemani est la vedette incontestée du stand «Volaille» au SIAM 2023, attirant l’attention des visiteurs grâce à sa beauté singulière. Cette race de poulet entièrement noire est magnifique à regarder, avec ses plumes d’une couleur intense qui reflètent joliment la lumière. En plus de son apparence unique, elle est également réputée pour sa viande tendre et savoureuse, ainsi que pour ses œufs riches en nutriments.

Le poulet Ayam Cemani, appelé aussi «Lamborghini», est considéré comme un animal de compagnie de luxe dans de nombreuses régions du monde, en raison de sa rareté et de sa beauté. Sa couleur noire profonde en fait une race de poulet très attractive, comme le signale Hicham Azzaz, exposant et président de l’Association marocaine des volailles d’ornement, dans une déclaration pour Le360.

L’Ayam Cemani doit sa couleur noire intense à une condition génétique rare appelée fibromelanose. Cette mutation provoque une hyperpigmentation, ce qui signifie que tous les tissus du poulet, y compris la chair, les os et les organes, sont d’un noir profond. Cette caractéristique unique en fait une race de poulet très recherchée et appréciée dans le monde entier, explique-t-il.

En raison de sa rareté, l’Ayam Cemani est également l’une des races de poulets les plus chères du marché. Les prix peuvent varier considérablement selon la région, mais un seul poulet peut coûter jusqu’à 6.000 dirhams dans son pays d’origine, à savoir l’Indonésie, indique l’éleveur.

«Au Maroc, un couple de poules peut coûter entre 2.500 et 3.000 dirhams, voire plus, tandis que les œufs fécondés peuvent être vendus entre 50 et 100 dirhams l’unité. Bien que cette race de volaille soit assez chère, elle peut également être très rentable, car elle pond en moyenne 86 œufs par an. (...) Il est important de noter que l’élevage d’Ayam Cemani n’est pas une tâche facile, car cette race nécessite une attention particulière pour préserver sa santé et sa beauté», conclut-il.

Par Hajar Kharroubi et Adil Gadrouz
Le 06/05/2023 à 10h37

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800