Portrait. Hiba Motassim, meilleure moyenne au bac de la région du Nord, rêve de devenir neurochirurgienne

Hiba Motassim, qui obtenu la meilleure note au baccalauréat dans l'enseignement public dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. (S. Kadry / Le360)

Le 28/06/2024 à 15h30

VidéoLa région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma célèbre Hiba Motassim, une jeune bachelière de l’enseignement public qui a brillé lors des examens du baccalauréat de l’année scolaire 2023/2024. Voici son portrait.

Après l’annonce des résultats du baccalauréat 2023/2024, deux élèves se sont distinguées dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima: Doha Hadi et Hiba Motassim, qui ont obtenu les meilleures moyennes de la région, respectivement de 19,45 et 19,31. Le360 est allé à la rencontre de la seconde, bachelière du lycée public Prince Moulay Rachid à Chefchaouen, dans la filière sciences physiques, option française.

«Je suis la personne la plus heureuse de la Terre d’avoir rendu mes parents fiers, Alhamdoulilah», a d’abord lancé la jeune fille, laissant libre cours à son émotion, avant de livrer ce qu’elle dit être le secret de ses excellentes notes. «J’ai acquis des bases solides dans les matières scientifiques dès le tronc commun, ensuite, choisir la filière sciences mathématiques pour l’année du régional m’a beaucoup aidée», explique-t-elle.

«Les résumés de cours, les vidéos explicatives sur YouTube et la pratique répétitive d’anciennes épreuves sont aussi un bon moyen de préparer les examens», ajoute celle qui, outre les matières scientifiques, avoue un penchant pour la philosophie et apprécie spécialement de travailler en groupe dans un café de la ville bleue de Chefchaouen.

Ce n’est pas la première fois que Hiba Motassim, 17 ans et demi, brille par ses résultats scolaires. En juin 2021, la jeune Chaounie avait déjà enregistré la meilleure moyenne de la région du Nord à l’examen du brevet, avant de récidiver à l’examen régional l’an passé, dépassant encore une fois la note moyenne de 19/20.

Maintenant que les années lycée sont finies, Hiba se projette déjà dans l’avenir, non sans quelques accès de nostalgie: «Ces trois années ont été les plus enrichissantes de ma vie, et pas seulement au niveau scolaire. J’ai rencontré de merveilleuses personnes qui m’ont beaucoup apporté».

Prochaine étape? Des études supérieures, bien évidemment, mais de préférence en médecine, discipline qui la passionne depuis toujours. «Lorsque je m’imagine dans mon propre cabinet, puis être dans un bloc opératoire, un scalpel à la main, mon cœur bat à mille à l’heure. J’ai hâte d’arriver à ce jour-là», exprime-t-elle. Car oui, le rêve ultime de Hiba, c’est de devenir neurochirurgienne.

Elle se verrait également embrasser la profession de… vétérinaire. Étonnant? Pas tant que cela, assure l’intéressée. Il y a d’abord ce dénominateur commun entre les deux carrières: le profond désir d’aider, de soigner et de soulager les maux des vivants. Ensuite, il faut savoir que Hiba vit littéralement entourée d’animaux, entre ses six chats et son chien affectueusement nommé Volcano, mais aussi, moins commun, sa chèvre Mimi et son nouveau-né Sandy, qui vient d’étoffer la ménagerie. Chez les Motassim, on apprécie visiblement les animaux.

Et on apprécie encore plus les bonnes notes. Encadrée par un père avocat et une mère femme au foyer, la fratrie de quatre filles et un garçon peut s’enorgueillir d’un parcours scolaire brillant. Ainsi, le frère est professeur, une des sœurs est ingénieure et les deux autres sont médecins, dont une établie en Allemagne. Et Hiba, benjamine du quintette, est bien partie pour marcher dans leurs pas. «J’appréhende le moment où elle quittera le nid familial. Je redoute le vide qu’elle laissera derrière elle», avoue son père, Abdallah, qui s’inquiète déjà de la voie qu’elle choisira à la rentrée.

En attendant, la jeune bachelière aimerait bien penser à ses vacances. «Je passe pratiquement chaque été à Oued Laou. C’est mon petit coin de paradis, c’est là où j’ai fabriqué mes plus beaux souvenirs», confie-t-elle avec un sourire béat. Mais cet été, les eaux de la Méditerranée attendront. Hiba ne pourra pas se consacrer totalement à ses hobbies habituels, dont le volley-ball et la natation. Car il y a des dossiers de candidature à préparer et des concours d’entrée à passer. Mais avec un carnet de notes aussi flatteur, la jeune Chaounie ne devrait pas avoir de mal à franchir ce nouveau palier…

Par Ryme Bousfiha et Said Kadry
Le 28/06/2024 à 15h30