L’Intérieur met en garde ses walis contre la dilapidation des deniers publics

Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur. . DR

Revue de presseKiosque360. Le ministre de l’Intérieur vient d’adresser une circulaire aux walis et aux gouverneurs les mettant en garde contre toute forme de dilapidation des deniers publics. Les budgets des collectivités territoriales seront désormais scrutés par les services compétents de l’Intérieur.

Le 01/07/2019 à 19h55

Les budgets des wilayas, des préfectures, des provinces et des conseils préfectoraux et provinciaux seront désormais exécutés sous l’œil vigilant du ministère de l’Intérieur. Une circulaire a été en effet adressée dans ce sens par le ministre de l’Intérieur aux walis et aux gouverneurs, les mettant en garde contre toute forme de dilapidation des deniers publics. Ainsi, les formules d’ameublement des résidences des walis et des gouverneurs, la location des logements de fonction et autres travaux les concernant seront plafonnés pour assurer une gestion rationnelle des deniers publics.

Selon le quotidien Assabah, qui rapporte cette information dans son édition de ce mardi 2 juillet, le laxisme qui caractérisait dans le temps la gestion de ces budgets au niveau des préfectures, des provinces et des conseils préfectoraux n’est plus permis aujourd’hui.

Dans ce sillage, les sources du quotidien ont précisé que la mise en garde du ministère de l’Intérieur aurait été motivée par le scandale qui a secoué dernièrement la province de Nador où «le gouverneur s’est permis de louer un palais dans une zone agricole irriguée». La valeur de la location, qui est de l’ordre de quarante-cinq mille dirhams, est versée par le service des finances de la province. De plus, d’autres équipements de cette luxueuse résidence sont financés par le budget général de la province qui devait être orienté vers des projets à caractère social en vue de combattre la précarité et l’exclusion.

Les sources du quotidien ajoutent que pas moins de six millions de dirhams ont été dépensés pour les travaux d’aménagement et de transformation de cette résidence, en plus d’importantes sommes d’argent pour aménager les routes qui la relient à la ville, notamment la route côtière. Après ce scandale, le ministère de l’Intérieur a mis en garde l’ensemble de ses walis et gouverneurs contre les abus de pouvoir dans la gestion des deniers publics.

Par Mohamed Younsi
Le 01/07/2019 à 19h55