Le plan Laftit pour resserrer le contrôle sur les finances des collectivités locales

Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur. . Dr

Revue de presseKiosque360. Le ministère de l’Intérieur envisage une réforme des mécanismes de tutelle et des attributions des conseils communaux. L’objectif est de combler les failles de l’actuelle charte communale et d’assurer plus d’efficience et de transparence.

Le 02/10/2017 à 18h56

Les lois régissant la gestion des collectivités locales, notamment la gouvernance financière, et les mécanismes de la tutelle assurée par le ministère de l’Intérieur, feront l’objet d’une réforme globale, rapporte, dans son édition de ce mardi 3 octobre, le quotidien Assabah qui cite des sources gouvernementales. Le quotidien précise que «le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, a appelé le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, à rattraper les failles des mécanismes de tutelle au niveau des collectivités locales, notamment sur le volet financier, et de lui faire des propositions de réforme dans ce sens».

Les mêmes sources, poursuit le quotidien, font savoir que le chef de l’Exécutif a reçu des rapports mettant en exergue le rôle de l’audit des comptes des communes dans l’amélioration de la gestion quotidienne et l'instauration de la transparence.

Assabah précise, à ce sujet, que les réformes des lois régissant la gestion des collectivités locales seront effectuées selon une approche participative qui permettra à tous les acteurs et élus locaux et régionaux d’intervenir pour promouvoir la gestion de la chose locale. L'objectif de cette action commune et concertée est de surmonter certaines entraves législatives et de réformer d’autres articles relatifs à la décentralisation administrative.

Malgré leurs lacunes, les lois actuelles, fait remarquer le quotidien, ont jusqu'ici empêché des présidents de commune d’ouvrir des comptes spéciaux au nom des collectivités locales. Les présidents de communes rompus à la malversation et la mauvaise gestion ont d'ailleurs été mis à l’épreuve des audits menés par les bureaux compétents. 

Par Mohamed Younsi
Le 02/10/2017 à 18h56