Visés par une procédure anti-dumping en Europe, les producteurs de roues en aluminium au Maroc préparent leur défense

Différents types de jantes en aluminium, produites par la deuxième usine de Dicastal Morocco Africa, à Kénitra. . Hicham Ferchi - MAP

Suite à une plainte de l’Association des fabricants européens de roues, la Commission européenne a ouvert une procédure anti-dumping sur les importations de certaines roues en aluminium originaires du Maroc. Visées par cette enquête, les filiales marocaines des deux géants asiatiques, Citic Dicastal et Hands Corporation, préparent leur défense.

Le 27/11/2021 à 10h32

Les producteurs-exportateurs de roues en aluminium dédiées au véhicules automobiles basés au Maroc sont dans le collimateur de la Commission de Bruxelles. Cette dernière a publié, le 17 novembre 2021, au Journal officiel de l’Union européenne, un avis d’ouverture «d’une procédure anti-dumping concernant les importations de certaines roues en aluminium originaires du Maroc», suite à une plainte, déposée le 4 octobre, par l’Association des fabricants européens de roues (EUWA).

Motif? «Les importations de certaines roues en aluminium originaires du Maroc feraient l’objet de pratiques de dumping et causeraient de ce fait un préjudice à l’industrie de l’Union», est-il précisé dans l’avis précité. Les producteurs marocains sont notamment accusés par leurs concurrents européens de «pratiquer des prix qui ont eu une incidence négative sur le niveau des prix de vente en Europe, les quantités vendues, la part de marché et les bénéfices de l’industrie de l’Union».

L’enquête devra déterminer «si le produit soumis à l’enquête originaire du pays concerné fait l’objet de pratiques de dumping, et si les importations faisant l’objet d’un dumping ont causé ou menacent de causer un préjudice à l’industrie de l’Union». Si l’enquête conclut que le dumping est avéré, un droit d'importation sera appliqué aux produits concernés.

Selon une source proche du dossier qui a requis l’anonymat, cette enquête vise particulièrement les deux géants asiatiques de la production de roues en aluminium, qui ont fait du Maroc, ces dernières années, leur base industrielle pour servir le marché européen. Il s’agit d’une part du coréen Hands Corporation, dont l’usine inaugurée à Tanger en janvier 2020, a une capacité de production de 2 millions de roues annuellement et, d’autre part, du chinois Citic Dicastal, leader mondial, dont les sites industriels inaugurés en 2019 et en 2020 à Kénitra, ont une capacité de production annuelle de 6 millions de jantes. La majeure partie de cette production est destinée à l’export.

Les deux fabricants ont déjà mandaté des cabinets d’avocats pour préparer leur dossier de défense à Bruxelles. Ils ont jusqu’au 8 janvier 2022 pour peaufiner leurs arguments, qui consistent notamment à démontrer que la structure des prix à l’exportation est normale.

L’entreprise Citic Dicastal n’en est d'ailleurs pas à sa première bataille juridique avec la Commission de Bruxelles. Cette dernière avait déjà, en 2010, institué un droit anti-dumping définitif sur les importations de certaines roues en aluminium originaires de Chine.

Il est à noter également que l’enquête ouverte par la Commission européenne à l’encontre de certaines roues originaires du Maroc intervient dans un contexte social difficile pour la filière, notamment en France. Ces dernières semaines, la presse locale se fait l’écho des grandes difficultés traversées par le site d’Alvance Wheels, dans l’Indre, le dernier à produire des roues en aluminium dans l’Hexagone, et qui se trouve en redressement depuis le mois d’avril.

L’enquête relative aux pratiques de dumping et au préjudice portera sur la période allant du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021. Elle sera menée à terme, normalement, dans les 13 mois, suivant la publication de l’avis. Des mesures provisoires peuvent être instituées au plus tard 7 mois après la date de publication de l’avis.

Par Amine El Kadiri
Le 27/11/2021 à 10h32