Industrie automobile au Maroc: en forte croissance, les exportations font désormais mieux qu’avant la crise

Des véhicules au terminal I du port Tanger Med, le 28 juin 2019. . AFP

Le secteur automobile a atteint 46,5 milliards de dirhams de ventes à l’étranger en 7 mois. Les performances réalisées avant le déclenchement de la crise sanitaire sont désormais dépassées.

Le 01/09/2021 à 14h35

Pour les industriels de l’automobile au Maroc, la crise semble bel et bien derrière elle. Les exportations du secteur atteignent en effet 46,5 milliards de dirhams à fin juillet 2021, en hausse de +38% par rapport à la même période de l’année dernière, selon les dernières statistiques des échanges extérieures publiées ce mercredi 1er septembre 2021, par l’Office des changes.

Fait marquant à signaler: ces exportations dépassent celles réalisées à la même période des quatre années précédentes. En d’autres termes, les performances réalisées avant le déclenchement de la crise sanitaire sont désormais dépassées.

© Copyright : DR

Cette hausse concerne les trois grands segments de produits automobiles exportés par le Maroc: les ventes du segment de la construction de voitures sont en progression de 41,4% pour s’établir à 18,9 milliards de dirhams, tandis que celles du segment du câblage sont en croissance de 30,7% et atteignent 15,6 milliards de dirhams. Les exportations du segment intérieurs des véhicules et sièges est lui en hausse de 28,6%, et atteint 4,7 milliards de dirhams.

A ce rythme, le record enregistré en 2019 pour les exportations automobiles, qui avaient réalisé cette année-là 77,13 milliards de dirhams de ventes, pourrait être battu dès 2021. Le secteur industriel automobile redevient par la même occasion le premier secteur exportateur du Maroc, avec une part de 27% du total des exportations du Royaume. Il devance l’agroalimentaire (22% des exportations) et les phosphates (21,5%).

A l’image du secteur automobile, quasiment tous les secteurs exportateurs importants du Maroc sont dans le vert. C’est le cas notamment pour les phosphates et dérivés (+30,3%), les industries du textile et du cuir (+23,7%), l’agroalimentaire (5,8%), ainsi que pour l’électronique et l’électricité (+34%).

En revanche, pour l’industrie aéronautique, les exportations ne parviennent toujours pas retrouver leur rythme d’avant-crise. Elles sont mêmes en baisse de -3,6% par rapport à l’année dernière, s’établissant à près de 7,3 milliards de dirhams.

Globalement, au titre des 7 premiers mois de l’année 2021, les exportations s’inscrivent dans une tendance résolument haussière. Elles atteignent 174,3 milliards de dirhams, soit le plus haut niveau atteint durant la même période au titre des cinq dernières années, en hausse de 23,2% par rapport à fin juillet 2020.

En parallèle, les importations augmentent de 21%, atteignant 291,7 milliards de dirhams, tirées essentiellement par la forte reprise des importations de produits finis (+35%) et par la hausse de la facture énergétique (+25%).

Au final, à fin juillet 2021, le déficit commercial s’établit à 117,3 milliards de dirhams en augmentation de 17,9%. Le taux de couverture, quant à lui, s’améliore de 1,1 point (59,8% à fin juillet 2021 contre 58,7% à fin juillet 2020).

Par Amine El Kadiri
Le 01/09/2021 à 14h35