Tourisme: le Maroc met le cap sur le marché britannique

Marrakech. . DR

Revue de presseKiosque360. Les accords signés avec des transporteurs, tels que Ryanair et easyJet, sont la garantie d’une forte augmentation de capacité, affirme l’Office national marocain du tourisme qui rassure quant à la bonne santé du secteur. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Les Inspirations Eco.

Le 17/10/2022 à 21h39

«Depuis la relance des vols en février dernier, les chiffres montrent que nous sommes revenus à 70% de notre performance de 2019», a déclaré, à Marrakech, Adel El Fakir, directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), cité par le quotidien Les Inspirations Eco dans son édition du 18 octobre. El Fakir s’exprimait lors de la convention de voyage ABTA 2022, tenue à Marrakech du 10 au 12 octobre.

Le Maroc met désormais le cap sur le marché britannique. Les accords signés avec des transporteurs, tels que Ryanair et easyJet, sont la garantie d’une forte augmentation de capacité, a-t-il affirmé. «Pour nous, le marché britannique est une priorité. C’est notre deuxième marché en valeur avec 600.000 touristes britanniques accueillis en 2019, pour un total de 2,2 millions de nuitées».

Et d’ajouter, «c’est aussi un marché à forte valeur ajoutée sur le plan quantitatif, offrant les conditions d’un développement ambitieux dans les années à venir». Dans le même registre, il souligne «qu’actuellement, six compagnies – Ryanair, easyJet, British Airways, Royal Air Maroc, Tui Fly et Air Arabia – relient sept aéroports en Grande-Bretagne et en Irlande à Marrakech, Agadir, Casablanca, Rabat, Tanger et Fès».

Avant la pandémie, l’industrie affichait une croissance régulière de 5% par an, représentant directement 7% du PIB marocain et fournissant 500.000 emplois directs et deux fois plus d’emplois indirects. En 2019, le pays a enregistré 13 millions d’arrivées grâce à son accessibilité aux marchés européens, mais aussi grâce à la qualité et à la diversité de son offre. «Pour nous, la crise du Covid a été une opportunité», estime le DG de l’ONMT. «Malgré les difficultés rencontrées par les opérateurs, l’aide de l’État marocain nous a donné le temps de réévaluer nos ambitions et de nous préparer à une relance en puissance», indique El Fakir. Cette relance incluait la dernière campagne de l’OMNT, «Maroc, Royaume de Lumière», qui vise à séduire une nouvelle génération de voyageurs en mettant en avant une nation «contemporaine et dynamique».

Pour rappel, durant le premier semestre de 2022, le nombre d’arrivées s’est établi à 3,4 millions de touristes, soit quatre fois plus qu’en 2021. À cela s’ajoutent les 2 millions de touristes recensés en juillet, pour atteindre un total de 5,4 millions d’arrivées sur les sept premiers mois de l’année.

Par Nabil Ouzzane
Le 17/10/2022 à 21h39