Soutien des prix: les dépenses de compensation s’envolent, près de 11,8 milliards de dirhams déjà déboursés en 4 mois

Fouzi Lekjaa, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget, intervenant lors d'une conférence de presse à Rabat, le 26 octobre 2021. . Le360/Adil Gadrouz

Les dépenses de compensation à fin avril 2022 s’élèvent à près de 11,8 milliards de dirhams, contre 6,3 milliards de dirhams à fin avril 2021, soit une hausse de +87% sur un an. Pour le seul gaz butane, le gouvernement devrait débourser 22 milliards de dirhams en 2022, pour maintenir la bouteille de gaz butane à un prix de vente de 42 dirhams.

Le 17/05/2022 à 17h29

Le gouvernement ne ménage aucun effort pour soutenir les prix des produits de première nécessité, afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens, a affirmé Fouzi Lekjaa, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget, lors de son passage devant la Chambre des représentants, hier lundi 16 mai 2022.

Répondant aux critiques des députés de l’opposition qui estiment que le gouvernement n’en fait pas assez pour atténuer les effets de la flambée des prix sur les marchés mondiaux de certains produits de base, comme les céréales et les produits énergétiques, Fouzi Lekjaa a livré une série de données chiffrées qui prouveraient le contraire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les dépenses de compensation vont exploser cette année, bien au-delà des 17 milliards de dirhams budgétisés dans la loi de finances 2022.

Ainsi, pour subventionner les importations de blé tendre et maintenir le prix de la farine stable sur le marché national, les dépenses de l’Etat ont culminé à plus de 2,52 milliards de dirhams au cours des quatre premier mois de l’année 2022, pour une quantité importée de 2 millions de tonnes, a fait savoir le ministre.

A ce titre a-t-il poursuivi, sur l’ensemble de l’année 2022, le gouvernement devrait débourser plus de 7,32 milliards de dirhams pour soutenir les prix du blé et maintenir le prix du pain subventionné à 1,2 dirham.

116 dirhams de subvention par bouteille de gaz… Un record

Le soutien de l’Etat au prix du gaz butane est encore plus onéreux. Pour maintenir le prix de la bouteille de gaz butane de 12 kg à 42 dirhams, l’Etat a d’ores et déjà déboursé quelque 7,3 milliards durant les quatre premiers mois de l’année 2022, contre 4,2 milliards de dirhams lors d’un quatre premiers mois de l’année 2021.

«La subvention moyenne accordée par l'Etat pour chaque bouteille de 12 kg est d’environ 100 dirhams, soit 71% du prix réel de la bouteille», a révélé le ministre.

Au cours du mois d’avril, cette subvention a même atteint un niveau record de 116 dirhams en moyenne par bouteille de gaz butane.

Selon les projections de Fouzi Lekjaa, sur l’ensemble de l’année 2022, le gouvernement devrait débourser plus de 22 milliards de dirhams pour soutenir les prix du gaz butane. Un montant qui dépasse, et de loin, le total des dépenses de compensation budgétisées dans la loi de finances 2022 pour les trois produits concernés (blé, gaz butane et sucre).

Pour ce qui est du sucre, le ministre a indiqué que le coût de la subvention au cours du premier trimestre 2022 pour ce produit a atteint 1,47 milliard de dirhams, soit une hausse de +26% par rapport à la même période de l’année précédente.

Il est à noter également que le soutien exceptionnel de l’Etat destiné aux professionnels du transport routier, d’un budget total de 1 milliard de dirhams versé en deux tranches, est également inscrit au dépenses de la caisse de compensation.

Au total, a résumé le ministre du Budget, les dépenses de compensation à fin avril 2022 s’élèvent à plus de 11,7 milliards de dirhams, contre 6,3 milliards de dirhams à fin avril 2021, soit une hausse de +87% sur un an. Pour l'ensemble de l'année 2022, les dépenses devraient dépasser 32 milliards de dirhams, soit près de 15 milliards de plus que ce que la loi de finances 2022 a prévu.

© Copyright : Youssef El Harak - Le360

Par Amine El Kadiri
Le 17/05/2022 à 17h29