Rabat-Casablanca: le projet de l’autoroute continentale fait son chemin

Un bouchon sur l'autoroute urbaine de Casablanca. . Said Bouchrit / Le360

Revue de presseLa nouvelle autoroute continentale qui reliera Casablanca et Rabat devrait être opérationnelle à la veille de la Coupe du Monde qui se tiendra au Maroc en 2030. Elle a été pensée comme une véritable solution de désengorgement du tronçon le plus dense du Royaume. Cet article est une revue de presse tirée du magazine Challenge.

Le 15/01/2024 à 21h50

Déjà bien avancé, le projet d’autoroute continentale entre Rabat et Casablanca, lancé en 2017 est dans sa phase d’exécution puisque le travail en amont est pratiquement achevé. C’est ce qu’indique l’hebdomadaire Challenge, précisant que le dossier est pratiquement ficelé, les études complètement achevées, l’assiette foncière par où passera la nouvelle voie entièrement tracée, et les futures expropriations identifiées.

«Tous les départements ministériels concernés ont été mis à contribution et le ministère de l’Intérieur a mis en ordre de bataille ses équipes pour démarrer les enquêtes publiques d’impact dans une dizaine de communes rurales et urbaines situées entre Rabat et Casablanca à partir du 22 janvier 2024», lit-on.

La nouvelle autoroute continentale Casa-Rabat sera longue de 60 kilomètres environ et devra relier directement la voie de contournement de Rabat, à partir de l’échangeur de Tamesna, à la nouvelle rocade sud de Casablanca. Le tronçon passera, entre autres, pas loin de l’aéroport de Benslimane. «Trois grands ouvrages d’art, au moins, sont prévus notamment pour franchir Oued Cherrat, Oued Nfifikh et Oued El Maleh. Les communes concernées par le tracé de cette nouvelle voie rapide dont l’achèvement est prévu en 2026 (du côté de l’ADM, les pronostics sont optimistes) sont Cherrat, Aïn Tizgha, Fedalate, Bouznika, Chellalat, Beni Yakhlef, Sidi Moussa Ben Ali et Sidi Moussa El Mejdoub», précise Challenge.

Cette nouvelle autoroute, qui nécessite une enveloppe globale de 5 milliards de dirhams, est primordiale pour alléger la pression sur l’ancienne autoroute Casa/ Rabat qui a largement dépassé sa capacité d’engorgement du trafic entre les deux capitales.

Sans oublier la pression énorme que constitue le trafic du nord du pays pour Marrakech qui passe toujours par Casablanca en attendant la mise en service de la nouvelle autoroute Tit Mellil-Berrechid, qui serpente sur un linéaire de 30 km reliant directement l’autoroute de contournement de Casablanca (A1) au niveau de la bifurcation de Tit Mellil, à l’autoroute Casablanca-Marrakech (A3) et l’autoroute Berrechid-Beni Mellal (A4) au niveau du nœud autoroutier de Berrechid. La construction de l’autoroute Tit Mellil-Berrechid qui mobilise un budget estimé à 2,5 milliards de dirhams est financée principalement par le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES).

Le dernier conseil d’Administration de la Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM), qui s’était réuni, sous la présidence du ministre de l’Equipement et de l’Eau, le 19 décembre 2023, avait d’ailleurs approuvé le budget de l’exercice 2024 qui aligne plusieurs projets de construction dont ceux de la nouvelle autoroute Tit Mellil-Berrechid et la continuité des travaux des deux derniers lots du chantier de triplement de l’autoroute Casablanca-Berrechid et de l’autoroute de contournement de Casablanca.

Par Lamia El Ouali
Le 15/01/2024 à 21h50