Le roi Mohammed VI: gagner de l'argent sur le dos du pays, c'est fini!

Le roi Mohammed VI (discours du Trône, samedi 30 juillet 2022). . MAP

Le discours du Trône, prononcé ce samedi 30 juillet 2022 par le roi Mohammed VI, est sans équivoque avec ceux qui cherchent à gagner de l'argent en faisant fi des intérêts du Royaume, et qui entravent, par leurs actions, le développement du pays et les investissements étrangers. «Ces agissements doivent être combattus», a indiqué le Souverain.

Le 31/07/2022 à 11h39

Dans la partie de son discours consacrée au renforcement des capacités de l’économie nationale, le Roi a fermement condamné ceux qui, par leurs agissements égoïstes et cupides, dénués de tout sens de l’intérêt général et de patriotisme, freinent le développement du pays.

Pour le roi Mohammed VI, en effet, «le plus grand péril pour le développement du pays et pour la promotion des investissements réside dans les entraves dressées à dessein par certains pour préserver leurs propres intérêts et réaliser des profits personnels». «Ces agissements doivent être combattus», a déclaré le Roi.

Combattre ces comportements, c’est d’abord permettre à l’économie marocaine de libérer tout son potentiel. Car, comme l’a relevé le Roi, «en dépit d’une conjoncture internationale fluctuante, nous devons néanmoins rester optimistes et nous focaliser sur nos atouts».

La conjoncture internationale actuelle offre en effet de nombreuses opportunités au Maroc, qui a réussi à intégrer les chaînes de valeurs mondiales dans plusieurs secteurs, notamment industriels. Pour le Souverain, il faut donc «tirer le meilleur parti des opportunités et des perspectives ouvertes par ces mutations pour drainer plus d’investissements, stimuler les exportations, et promouvoir le produit national».

A cet égard, le Souverain appelle à lever toutes les entraves qui se dressent devant les investisseurs étrangers. «Nous engageons le gouvernement ainsi que les sphères politique et économique à offrir plus de facilités aux investissements étrangers qui, en cette conjoncture internationale, choisissent notre pays, en éliminant tout obstacle qu’ils peuvent rencontrer», a-t-il déclaré.

Combattre les comportements de ceux qui cherchent à gagner de l'argent sur le dos du pays, c’est aussi permettre, dans un contexte difficile, à la solidarité de toutes les composantes de la Nation de produire pleinement ses effets et d’atténuer les effets de la crise.

Le Roi a, dans ce sens, souligné les «efforts concertés de l’Etat et des secteurs public et privé qui ont permis à l’économie nationale de résister aux crises et aux soubresauts et de réaliser ainsi des résultats concluants dans les différentes filières de production».

«Mais cette embellie a été éphémère en raison de la conjoncture internationale», a déploré le Souverain, qui a rappelé qu’«outre une modeste campagne agricole, des facteurs exogènes ont entraîné une envolée des prix de certains produits de première nécessité. C’est, d’ailleurs, un problème auquel aucun pays n’a échappé».

Le Roi n’a pas manqué de rappeler les nombreuses actions entreprises pour atténuer les effets de la crise sur les Marocains. «Conscient des retombées de cette situation sur les conditions de vie de nombreux groupes de citoyens, Nous avons lancé un programme national pour atténuer l’impact de la sécheresse sur les agriculteurs et sur la population rurale», a-t-il indiqué.

Le Souverain a aussi mentionné les efforts importants entrepris sur le plan budgétaire pour limiter les effets de la hausse des prix. «Nous avons également orienté le gouvernement pour qu’il alloue des crédits importants à la subvention de certains produits de base et pour qu’il assure l’approvisionnement des marchés en ces produits», a-t-il souligné, estimant que «c’est bien peu au regard de ce que méritent vraiment les Marocains». Dans ce cadre, a-t-il insisté, «le budget alloué en 2022 à la Caisse de compensation a été doublé, excédant ainsi les 32 milliards de dirhams».

Et de conclure: «Nous appelons à la consolidation des mécanismes de solidarité nationale, à la lutte déterminée et responsable contre les spéculations et la manipulation des prix».

Par Amine El Kadiri
Le 31/07/2022 à 11h39