Exploration gazière: Sound Energy prolonge ses négociations avec Attijariwafa bank et l’ONEE sur le gisement de Tendrara

Gisement gazier TE-10, à Tendrara (province de Figuig, l'Oriental) dont le permis d'exploitation est détenu par le groupe britannique Sound Energy.  . Sound Energy/Twitter

La firme britannique Sound Energy, a annoncé, ce lundi 31 octobre 2022, dans une mise à jour sur le financement du gisement gazier de Tendrara, avoir prolongé les délais de discussions avec Attijariwafa bank et l’ONEE.

Le 31/10/2022 à 13h30

Dans un communiqué, la société gazière britannique Sound Energy a affirmé que les discussions avec Attijariwafa bank autour du financement par emprunt de son projet gazier de Tendrara, dans l'est du Maroc, avancent bien. La société note ainsi que les deux parties ont décidé de reporter au 15 décembre 2022 la date de décision des conditions de financement de ce projet. 

La société britannique cotée à la bourse de Londres, avait annoncé, le 23 juin dernier, avoir mandaté Attijariwafa bank pour mettre en place une facilité de dette senior à long terme, d'une durée maximale de 12 ans, d'environ 2,25 milliards de dirhams. L’accord entre Sound Energy et Attijariwafa bank est assorti d’une période d’exclusivité de huit mois.

Selon l’opérateur gazier, ces fonds levés serviront à financer partiellement le développement de la phase 2 du gisement TE-5 Horst dans la concession de Tendrara, dont le coût est estimé à 3 milliards de dirhams. Il s’agit, grâce à ce financement, de contribuer à la construction de l'infrastructure gazière de la concession.

D’un autre côté, Sound Energy a annoncé le prolongement de ses négociations avec l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) pour définir les conditions de vente du gaz de sa concession de Tendrara dans le cadre de l’accord signé en novembre 2021. 

Cet accord, rappelons-le, prévoit la livraison par Sound Energy, qui détient la concession gazière de Tendrara dans l’est du Maroc, au Gazoduc Maghreb-Europe (GME), d’un volume contractuel annuel allant jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel, pendant une période de dix ans.

Il consiste à extraire du gaz naturel via le forage de plusieurs puits de développement pour atteindre le débit journalier contractuel, traiter le gaz naturel produit à travers l’installation d’une unité de traitement de gaz naturel sur site, à laquelle les puits producteurs seront connectés, puis transporter le gaz traité via un nouveau gazoduc de connexion au GME, qui sera construit sur 120 km. La construction de cette bretelle sera faite dans le cadre de la concession détenue par Sound Energy et l’Office national des hydrocarbures et des mines (Onhym). 

Par Safae Hadri
Le 31/10/2022 à 13h30