Artisanat: Fatim-Zahra Ammor à la rescousse des métiers menacés

Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Economie sociale et solidaire. . MAP

Revue de presseMinistre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor a donné le coup d’envoi du projet de sauvegarde des savoirs et des savoir-faire menacés de disparition dans l’artisanat. Six métiers ont d’ores et déjà été identifiés. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Les Inspirations Eco.

Le 16/04/2023 à 23h37

L’heure est à la mobilisation pour la préservation de l’artisanat marocain dans toutes ses déclinaisons. Il s’agit donc de sauver les métiers portant ce précieux patrimoine national. Ainsi, Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, a présidé la première réunion du Comité de pilotage du projet «Sauvegarde des savoirs et des savoir-faire menacés de disparition et liés à l’artisanat à travers leur transmission aux jeunes générations», indique le quotidien Les Inspirations Eco dans son édition du lundi 17 avril.

«Cette réunion marque le lancement du projet, qui fait partie d’un accord signé en novembre 2022 entre le ministère et l’UNESCO. Notons qu’Eric Faclt, directeur du bureau de l’UNESCO pour le Maghreb, était présent à cette occasion. Le projet vise à établir un système durable pour la transmission des savoirs et savoir-faire liés aux métiers de l’artisanat menacés de disparition», lit-on.

Le programme porte essentiellement sur l’identification et la sélection des artisans possédant ces compétences, ainsi que sur leur transmission aux jeunes générations. Ces artisans seront désignés comme des «Trésors des Arts traditionnels marocains». Au cours de la réunion, le comité de pilotage a identifié six savoirs et savoir-faire traditionnels menacés de disparition, à savoir la Blousa Oujdia, les Selles brodées, la Lutherie, le Zellige de Tétouan et le Tissage des tentes.

«Plusieurs savoirs et savoir-faire traditionnels liés à l’artisanat marocain sont actuellement menacés de disparition pour diverses raisons, notamment la non-transmission de ce patrimoine national immatériel inestimable aux jeunes générations par les maîtres artisans», note Les Inspirations Eco.

Selon les responsables du projet, les prochaines étapes consisteront à identifier six maîtres artisans possédant ces compétences pour transmettre leur savoir à de jeunes apprentis, grâce à des programmes de formation spécifiques. Cette initiative sera ensuite étendue pour couvrir 30 savoirs et savoir-faire traditionnels menacés de disparition.

Le secteur de l’artisanat est un pilier clé de l’inclusion économique et sociale au Maroc. Il représente 7% du PIB et emploie 2,4 millions de personnes. Le secteur enregistre une forte croissance des exportations et a atteint un niveau record d’un milliard de dirhams en 2022, soit une hausse de 26% par rapport à 2019. Cette dynamique se confirme également en 2023, avec une croissance des exportations de 36% à fin février 2023, par rapport à la même période de 2022.

Par Nabil Ouzzane
Le 16/04/2023 à 23h37