Airbus: au premier trimestre de 2023, la production d’avions accuse le coup

Assemblage d'un avion Airbus, dans l'usine du constructeur aéronautique, à Blagnac, près de Toulouse.  . DR

Revue de presseEn termes de production d’avions, Airbus est loin des objectifs fixés pour le premier trimestre de 2023. Cet article est une revue de presse du quotidien français La Tribune.

Le 11/04/2023 à 22h35

Un début d’année poussif pour Airbus, rapporte latribune.fr dans l’une de ses récentes publications. La version en ligne du quotidien à grand tirage français indique ainsi que les résultats de livraisons du spécialiste de la construction d’avions, au premier trimestre de cette année 2023, sont en baisse par rapport à l’an dernier, au cours duquel le constructeur européen avait déjà échoué à atteindre son objectif de 720 appareils produits sur l’année.

«Il est, certes, monté en puissance tout au long du trimestre, mais il lui faudra encore accélérer pour atteindre cette fois son objectif de 720 avions livrés, renouvelé pour 2023 », poursuit le média. Lors des trois premiers mois de 2023, Airbus n’a en effet livré que 127 appareils à 54 clients, alors que l’an dernier, à la même époque, le constructeur aéronautique en était déjà à 140 appareils.

Latribune.fr précise aussi que le différentiel n’est pas énorme, mais qu’il risque de peser, d’autant que Airbus avait dû abaisser par deux fois son objectif de livraisons l’an dernier. Ainsi, «celui-ci était passé de 720 appareils en début d’année à environ 700 en juillet, puis à moins de 700 en décembre. Le constructeur avait fini l’année avec un total de 661 avions», explique le quotidien.

Ce second trimestre de 2023 est décisif pour le groupe, qui a d’ores et déjà opéré une montée en puissance. Airbus est en effet passé de 20 avions livrés en janvier 2023 à 46 en février, et 61 en mars. «Une trajectoire ascendante, quasiment identique à l’an dernier. Mais en 2022, les choses avaient commencé à se gâter réellement à partir du printemps, avec une baisse des livraisons en avril et mai. Or, cette période apparaît comme charnière entre le redémarrage du début d’année et l’été, qui est traditionnellement marqué par un ralentissement en raison des fermetures estivales», explique latribune.fr.

Pour le média, la production reste marquée par une importante saisonnalité, qui oblige à une très forte accélération au cours des derniers mois de l’année, pour tenir les objectifs annuels de livraisons. L’A350 représente à cet égard l’essentiel du recul enregistré par rapport à 2022, et cet article révèle que seuls 5 avions ont été livrés, contre 14 l’an dernier.

Par Ismail Ben Baba
Le 11/04/2023 à 22h35