Vidéo. Casablanca: les bazaristes du quartier des Habous se tournent les pouces

En ce mois d'octobre 2020, les bazars du quartier des Habous de Casablanca sont désertés par les clients.
En ce mois d'octobre 2020, les bazars du quartier des Habous de Casablanca sont désertés par les clients. . le360
Le 24/10/2020 à 16h06

VidéoLourdement impactés par la crise sanitaire, les bazars du célèbre quartier des Habous de Casablanca sont quasiment boudés par les clients, aussi bien étrangers que nationaux. Leurs propriétaires affirment accuser de lourdes pertes et disent vivre dans une situation de quasi-chômage. Témoignages.

Hassan, un propriétaire de bazar d’un âge respectable, ouvre sa boutique tôt le matin comme en temps normal, avant la crise sanitaire. Mais tout au long de la journée, ce commerçant ne fait que se tourner les pouces. Il affirme, la gorge nouée, que le secteur est complètement ravagé par le Covid-19.

Destination privilégiée des touristes, les bazars du quartier Habous sont aujourd’hui désertés. «Nous ouvrons nos boutiques le matin parce que nous en avons pris l’habitude depuis des années, mais aussi pour tuer le temps», souligne notre interlocuteur qui affirme que quatre jours durant, il n’a pas encaissé le moindre centime. 

L’allègement des restrictions sanitaires, après une période d’état de couvre-feu jugée «trop longue», n’a pas changé grand-chose au quotidien des bazaristes. Mais en plus de l’absence de clientèle, les charges, dont le loyer et surtout les impôts, qui s’accumulent menacent sérieusement l’avenir de ce commerce. «Comment voulez-vous qu’on paie les impôts avec zéro recette?», demande-t-on avec amertume.

Le ton est même chez d’autres propriétaires de bazars, interrogés par Le360. Driss El Alaoui affirme que les recettes ont baissé d’au moins 80% depuis la propagation de la pandémie de Covid-19. Ce dernier affirme que nombreux sont ceux qui puisent dans leurs économies pour pouvoir joindre les deux bouts.

Le tourisme étant en berne, les produits artisanaux qui ont fait la réputation du quartier des Habous continuent d’être exposés du matin au soir, mais sans trouver preneur. «S’il nous arrive de vendre quelques pièces, c’est à peine si cela nous suffit à payer de quoi nourrir nos familles ce jour-là. Sinon, nous vivons grâce aux prêts», ajoute Driss El Alaoui. 

Face à cette situation difficile, jugée «catastrophique» par des bazaristes, ces derniers disent vivre dans l'incertitude. Ils continuent néanmoins d’ouvrir leurs boutiques chaque matin et d’entretenir leur commerce en espérant des jours meilleurs.

Par Amine Lamkhida et Khadija Sebbar
Le 24/10/2020 à 16h06

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800