Numérisation de l’état civil: l’Intérieur débourse plus de 55 millions de dirhams pour trois premiers projets

Khalid Safir, patron de la DGCL. . DR

C’est parti pour le vaste chantier de numérisation des registres d’état civil. Les premiers projets vont démarrer après l’octroi des marchés y afférents. Les détails.

Le 09/12/2019 à 15h54

Le ministère de l’Intérieur, via la Direction générale des collectivités locales (DGCL que chapeaute le wali Khalid Safir), vient d’octroyer trois marchés à des prestataires qui vont se charger de mener à bien cette opération de reprise de l’historique et qui consiste à scanner, saisir et contrôler plus de 50 millions d’actes d’état civil.

Ainsi, la société Finashore SA va se charger des bureaux d’état civil de la préfecture de Salé et de la province de Kénitra pour un montant de 18,2 millions de dirhams.

La numérisation des registres d’état civil de la préfecture de Rabat et de la province de Sidi Slimane est revenue à la société Infoteam SARL pour presque le même budget (18,4 millions de dirhams). Quant aux registres d’état civil de Skhirat-Témara, de Khémisset et de Sidi Kacem, ils ont été confiés au groupement constitué par Neo-Data Production et BP-Shore Back Office pour 19,1 millions de dirhams.

Notons toutefois qu’aucun soumissionnaire n’a été retenu par la DGCL pour se charger du plus gros lot: les bureaux d’état civil des préfectures de Casablanca, de Mohammédia, Benslimane, Nouaceur, Mediouna et Berrechid.

Selon l’échéancier, arrêté initialement par le ministère de l’Intérieur, ces chantiers de numérisation doivent aboutir dans un délai de 18 mois.

Par Mohammed Boudarham
Le 09/12/2019 à 15h54