Le Parlement donne son OK pour l'accord de siège du Bureau de la lutte contre le terrorisme de l'ONU

Le Parlement marocain. . DR

Revue de presseKiosque360. Avec l’adoption définitive par le Parlement de l’accord d’établissement du bureau de l’UNOCT au Maroc, le Royaume deviendra le pivot de la lutte antiterroriste dans sa région et dans toute l’Afrique.

Le 23/04/2021 à 18h33

La Chambre des représentants vient d’adopter une convention internationale signée entre le Maroc et l’ONU. Cet accord, signé par le gouvernement le 6 octobre 2020, porte sur l'établissement, à Rabat, du Bureau du programme de lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique relevant du Bureau des Nations Unies de lutte contre le terrorisme, précise le quotidien Al Massae dans son édition des 24 et 25 avril.

D’après l’article 2 de cette convention, la mission de ce bureau est d’appuyer les efforts de l’ONU pour la lutte contre le terrorisme. Et ce, à travers le programme onusien qui vise, de son côté, à soutenir les États dans leur lutte antiterroriste. Cette initiative intervient, précisons-le, comme une étape naturelle dans le renforcement de la capacité antiterroriste du Maroc en Afrique. Le Maroc étant précurseur dans le domaine, il est tout à fait naturel qu’il soit le plus à même d’abriter ce genre d’établissement.

Il faut noter aussi qu’il ne s'agit pas de l'établissement d'une présence sur le terrain, mais plutôt d'une extension au Maroc du bureau onusien de lutte contre le terrorisme. En passant en revue le contenu de cette convention, le quotidien relève que parmi ses multiples missions, ce bureau offrira des formations sur la lutte antiterroriste, le maintien de l'ordre, la gestion de la sécurité aux frontières, la prévention de la présence de radicaux, et les droits de l'Homme dans la lutte contre le terrorisme. Toujours en matière de formation, le bureau consacrera, par ailleurs, un volet à l'Administration pénitentiaire, notamment pour ce qui est de la réhabilitation et la réintégration. 

Entre autres détails de cette convention, le Maroc qui, selon les dispositions de l’article 2, fournira les locaux du Bureau du programme antiterroriste, y compris les équipements nécessaires à son bon fonctionnement ainsi qu’une contribution financière, accordera également le statut de diplomates aux membres étrangers de son personnel. Selon cet accord de siège adopté par la Chambre des représentants, le Maroc s’engage à œuvrer de concert avec cette nouvelle structure afin de créer un portefeuille dynamique de formation de pointe qui évolue et s’adapte à la mission en perpétuel changement et de plus en plus difficile de prévention, de détection et de poursuite des activités terroristes.

Notons que, comme il a été précisé au niveau de l’ONU, ce nouveau centre est considéré comme une structure très innovante qui aidera les pays voisins et les pays du continent africain à se mettre à niveau et à rendre plus efficaces leurs activités de lutte contre le terrorisme. Le bureau sera également chargé de la coordination des activités antiterroristes dans cette région, ce qui est en soi une mission de taille, étant donné l’importance géographique de l’Afrique subsaharienne, qui constitue aussi une source de préoccupation en raison de la propagation très rapide du terrorisme.

Par Amyne Asmlal
Le 23/04/2021 à 18h33